Nouvelle attaque contre un navire au large de Cotonou :Les pirates défient le front Bénin-Nigeria

Combattre la piraterie dans les eaux maritimes du Bénin. C’était l’objectif du front commun formé par ce pays et le Nigeria. Mais quelques jours après avoir scellé l’accord de leur coalition au cours d’une rencontre de deux jours à Cotonou, les pirates viennent de les défier. Ils ont réussi à détourner un navire battant pavillon chypriote au large du Bénin.

Depuis 48 heures environ, c‘est le cauchemar pour l’équipage du navire » Mathéo 01″ de nationalité chypriote détourné dans la nuit du mardi à mercredi 14 septembre 2011 dans les eaux maritimes du Bénin à 125 km de la côte. Jusqu’à présent, les 23 membres de l’équipage sont toujours sans nouvelle. Il est aussi difficile, voire impossible pour les forces navales béninoises de donner des informations sur les pirates qui ont disparu dans la nature après leur crime. Disparus un moment, ils ont réapparu réchauffant ainsi un sujet qui a fait l’actualité ces derniers jours avant de s’éteindre peu à peu. L’ampleur des attaques des pirates avait suscité la réaction des autorités au plus haut niveau de l’Etat. Le président de la République Ya yi Boni en a fait une préoccupation personnelle qu’il a évoquée avec son homologue nigérian, Goodluck Jonathan, au cours d’une visite à Abuja. En effet, tout comme le Bénin, les eaux maritimes du Nigeria sont le théâtre de fréquentes attaques des pirates. Très souvent après chaque attaque au large du Bénin, les agresseurs naviguent en direction du Nigeria, ou vice-versa. Parfois, on les imagine naviguant dans les eaux ghanéennes ou togolaises. En clair, la côte ouest africaine est fréquemment prise d’assaut par les pirates. Dans cet environnement, le Bénin et le Nigeria semblent les plus touchés. D’où les deux Etats voisins ont décidé de se donner la main pour lutter contre ce fléau qui handicape le développement de l’économie maritime. A la suite des discussions entre les deux chefs d’Etat ayant porté sur la nécessité d’organiser des patrouilles mixtes et d’acquérir de nouveaux équipements sophistiqués, les responsables des forces navales des pays respectifs se sont retrouvés à Cotonou les 24 et 25 août pour concrétiser les intentions réciproques. Ils ont clamé leur détermination à mener la vie dure aux criminels, à lutter contre le vol de pétrole en mer, la pêche illégale, la contrebande et d’autres fléaux qui constituent une menace permanente pour la sécurité territoriale. Seulement, les pirates n’entendent pas se détourner des eaux maritimes du Bénin, malgré la présence sécuritaire imminente des forces navales bénino-nigerianes. Ils en ont donné la preuve à travers cette nouvelle agression. Où sont les patrouilleurs annoncés opérationnels aussitôt après le mémorandum rédigé par les deux Etats ? Rien à se mettre sous la dent. Ce sont les attaques des pirates qui font à nouveau écho dans le monde entier. Face au regain des actes de piraterie, l’Etat perd peu à peu son autorité. Il se montre absent. Les pirates en profitent pour se la couler douce. Pas de quoi rassurer les affréteurs de navire pour des trafics en direction du port de Cotonou.

ActuBénin

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir