Grève des douaniers à partir de demain : JOSEPH TAMEGNON ATTISE LE FEU

nvité hier dimanche 25 septembre 2011 sur l’émission « Zone franche » de Canal 3 Bénin, le conseiller technique du président à la République, Joseph Tamègnon, a tenu des propos qui sont de nature à faire remonter la tension dans le rang des douaniers qui projettent un mouvement de grève à partir de demain mardi 26 septembre 2011.

L’ancien directeur général de la Sogéma, Joseph Tamègnon rend-il vraiment service au chef de l’Etat, le docteur Boni Yayi ? C’est du moins la question qu’on se pose après l’avoir écouté hier. C’est à propos du mouvement de grève annoncé par les douaniers. En effet, ces derniers sont victimes à des actes de violence ou du moins des tentatives de lynchage depuis quelques temps. Ils estiment que c’est à cause du fait que le pouvoir en place les a livrés à la vindicte populaire au cours de ses multiples prises de position par rapport au dossier relatif au Programme de vérification des importations (PVI). A cause de ces faits, ils avaient organisé un mouvement de grève sans service minimum il y a quelques jours. Malheureusement, en début de weekend, un de leurs collègues a échappé de justesse à une autre vindicte populaire dans la cité des Kobourou après avoir arraisonné un véhicule de contrebande qu’il tentait de conduire à la base.

Et pourtant Parakou a toujours été privilégié !

Depuis des lustres, la ville de Parakou a toujours été privilégiée par rapport aux autres villes du Bénin et matière des interventions des agents de la douane. Loin de paraître un oiseau de mauvais augure, les différentes administrations qui se sont succédé se sont tristement heurtées contre une montagne. C’est que lorsqu’un contrebandier est mis aux arrêts, plusieurs hommes politiques, des têtes couronnées et autres personnes influentes ne manquent d’intervenir pour que le fautif soit laissé et son dossier classé. Pour les quelques-uns qui ont tenté de tenir tête à ce lobby, ils se sont chaque fois vus affectés et de façon spectaculaire. Cette réalité très particulière à cette division territoriale y a donc favorisé dans le temps le développement de la contrebande.  Aujourd’hui, voilà les conséquences. On se croit tout permis. On fait ce qu’on veut. On tente même d’assassiner un douanier qui est au service de la nation. C’est bien regrettable et la refondation doit dire le droit dans cette affaire.

La maladresse de Tamègnon

Suite à l’incident de Parakou, les agents de la douane ont indiqué que ce sont les thuriféraires du régime de Yayi qui s’en sont pris à leur collègue. Et pour cause, ils étaient en train de tenir une rencontre au cours de laquelle les disciples de Saint Mathieu sont vitupérés quand leur camarade de service tentait de mettre la main sur un contrebandier. C’est alors qu’ils se sont rués vers lui et l’ont même aspergé d’essence afin de le brûler. A écouter le porte-parole du Sydod, il a fallu que le douanier fasse usage de son arme pour que les populations de dispersent.

Mais contre toute attente, le conseiller technique du chef de l’Etat a estimé que ce sont les douaniers mêmes qui sont à la base de ce qui leur arrive aujourd’hui. Pour lui, le président de la République ne va pas du tout se reculer dans les mouvements de paralysie des régies douanières. Et donc, les travailleurs de cette catégorie feraient mieux de ne pas aller loin dans leur manifestation. Or, nul n’ignore le rôle combien important que ces agents de l’administration douanière jouent dans le renflouement dans caisse de l’Etat et même parfois au prix de leur vie. L’autre aspect de la chose c’est que lorsqu’il y a grève au niveau de la douane, ce sont d’office des pertes de plusieurs milliards pour l’Etat. Ce que le ministre de l’Economie et des finances et son homologue de l’Intérieur avaient compris et joué sur la fibre de l’humilité et de pardon pour désamorcer leur bombe. Maintenant que le gouvernement est en train de réfléchir pour trouver des voies et moyens pour une sortie de crise, Tamègnon se permet le luxe d’attiser le feu. C’est vraiment dommage et on se demande les types de conseils que cet homme pourra donner à l’actuel locataire du palais de la Marina qui ferait mieux de se méfier de ce collaborateur.

Prince BOCO in L’Autre Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir