Pour avoir obtenu le marché du PVI : BENIN CONTROL GAGNERA ANNUELLEMENT 38.567.424.140F CFA ENVIRON

Décrié par les uns (les populations) et accepté par les autres (les gouvernants), le marché public du Programme de Vérification des Importations dit de Nouvelle Génération accordé au groupement SGS-Bénin Contrôle Sa ne cesse de susciter diverses réactions auprès des observateurs. Après analyses de plusieurs documents, il se révèle de nos jours que loin d’être un outil à négliger, le PVI-NG doit être exécuté malgré les jérémiades de quelques douaniers en rupture avec la morale. Cependant, pourquoi le départ de SGS alors que TALON n’est pas seul à avoir gagné le marché? Et combien devra gagner le bénéficiaire de ce juteux gâteau ? Enquêtes et analyses.

Selon nos enquêtes appuyées sur des documents officiels, le marché du PVI fut octroyé au groupement SGS-Bénin Control Sa. Lors de la signature dudit marché, c’est seulement le président du conseil d’administration de Bénin Contrôle Sa, Patrice TALON, qui apposa sa signature. On doit s’interroger. Mais comme il est souvent d’usage, il se pourrait bien que cela soit une entente entre associés. Or d’après plusieurs autres sources assez proches du ministère des finances et de l’économie, la SGS avait envoyé une correspondance aux autorités béninoises pour signifier leur retrait de la phase d’exécution du PVI. Mieux, les mêmes sources confirment, comme nous l’avions déjà mentionné, que la conceptualisation de ce PVI serait l’œuvre de SGS.

Là pas de surprise car cette entreprise centenaire est bien connue dans ce secteur d’activités contrairement à Patrice TALON qui bien qu’étant un touche-à-tout, n’a pas les qualités requises pour exercer une telle activité. Alors, y a-t-il mésentente entre les deux gagnants de ce juteux marché « perdu » par BIVAC ? Les indices semblent vouloir corroborer une telle assertion. Ce qui est absolument certain est que c’est seulement l’aile Patrice TALON qui veut exécuter ce vaste programme. On se demande ce qui pourrait bien contraindre le spécialiste du tandem gagnant, SGS-Bénin Control Sa à se refuser de gagner ces dizaines de milliards de francs CFA par an. Car en matière de gain, il est effectivement démontré que c’est un marché qui doit permettre de gagner énormément de sous.

A l’issue de toutes ses prestations, Bénin Control Sa pourrait engranger au titre de Vérification Avant Embarquement, Scannage des Conteneurs et du Vrac la somme de 38.567.424.140 f CFA. Aujourd’hui, il est donc de notoriété publique que notre compatriote Patrice TALON vient de gagner le plus juteux marché public de toute notre histoire. Depuis 1960, année de notre accession à la souveraineté internationale, aucun marché public n’a atteint un tel seuil. Curieusement, le partenaire technique, SGS, s’est miraculeusement retiré. Avec qui Bénin Control Sa compte-t-il exécuter cette mission ? Lorsqu’on sait que l’autre prestataire BIVAC fut surtout écarté parce qu’il est associé à la gestion du Guichet Unique, il sera difficile de convaincre l’opinion publique que des relations puissent exister entre Bénin Control Sa et BIVAC. Enfin, se pose surtout le sempiternel problème de la validité de ce marché car selon un relevé officiel du Conseil des Ministres, c’est un marché préalablement attribué au Groupement SGS-Bénin Contrôle Sa.

A suivre …

Claudine DEGLA in L’Autre Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Economie, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir