En toute sincérité….. Carte blanche pour la révision

Les noces Yayi-Rb se poursuivent et s’intensifient avec désormais les manifestations d’un pacte de grande envergure qui ne tardera pas à produire son impact politique. Le parti de Lehady Vinagnon Soglo a sonné la cloche de la clarification dans l’ambiance de la refondation et sorti sa lanterne pour éclairer la caverne des sceptiques. La Rb porte bel et bien sa bague d’alliance et en justifie le mérite sur fond de déclaration de compatibilité avec le yayisme.

Il y a dans le discours renaissant, la foi au partenariat avec Yayi II, assaisonnée d’une volonté de ne pas dérober au devoir de protéger et de respecter le contrat politique. Les défenseurs de la morale politique ont été servis à la sauce Rb. On a théoriquement gouté à la saveur de la parole donnée sur le mode de l’engagement «à coopérer dans la loyauté avec le gouvernement du Président Boni Yayi et à soutenir toutes les réformes entreprises par lui, dans le respect des idéaux de liberté, de démocratie, de justice sociale et de solidarité». Cette phrase au cœur de la déclaration lue par le Secrétaire Exécutif National Luc Atrokpo, a valeur de ligne politique. A elle seule, cette proclamation fait enclencher le compte à rebours pour la révision de la Constitution. Désormais, les heures s’égrènent et les minutes s’effritent. Le soutien renouvelé de la Rb, «partenaire déterminé, fidèle, loyal et exigeant», fait gonfler les chiffres pour Yayi à l’hémicycle et assure un bon destin au projet de révision. Le yayisme affole le compteur politique. Tout se jouera selon le pouvoir des chiffres et la sentence de l’arithmétique. L’opposition, dans l’indigence du nombre traine ses ramasse-miettes pour quelque vingt membres. Avec 63 députés dans la valise, Yayi II s’offre le fameux ¾ exigé par la Constitution pour la prise en considération du projet ou de la proposition de révision (art 154). La dialectique politique met en mouvement nos calculs. Au pire des cas, Yayi II arrachera un référendum. Mais, la majorité qualifiée des 4/5 ne relève plus de l’impossible. On n’est pas loin des 67 députés magiques pour la révision à l’hémicycle. La déclaration de la Rb vaut de l’or pour Yayi. Elle transforme la seule mouvance en gisement de révision. A vos marques prêts- partez ! «Il est certain qu’il y a des circonstances où l’on est forcé de suppléer à l’ongle du lion, qui nous manque, par la queue du renard» disait Dénis Diderot. Pour réviser justement, il faut à la fois être lion et renard. Yayi II semble écarter l’impasse et éviter d’en racler le fond. Il va brasser du concret sur le chemin de la refondation.

On n’est cependant pas d’emblée à l’abri de volte- face idéologiquement teintée dans ce climat politique et ses lendemains de promesses qui chantent. En voulant imprimer sa marque aux évènements, la Rb a pris soin de porter ses chaussettes nuancées. Le soutien à Yayi est assorti de conditions non négociables, notamment le respect de l’intangibilité de grandes résolutions dont la forme républicaine et la laïcité de l’Etat, l’Etat de droit, la limitation du nombre de mandat, l’âge des candidats à l’élection présidentielle…le message du régiment Lehady véhicule des principes enrôlés dans du sibyllin. On y découvre une sorte de marge de manœuvre que la Rb n’a pas cédée lors de ces noces avec le yayisme. Le rituel politique de la prudence saute dans le speech. La fidélité évoquée a laissé les portes ouvertes à la possibilité de revendication et à la résistance voire le divorce. La déclaration a une dose de subtilité que l’immense enthousiasme avec le yayisme surplombe. Yayi II, je l’espère, en a fait une bonne lecture.

Malgré la fissure presque anodine dans le bloc de solidarité et la retenue à peine masquée, malgré cette espèce de mise au point en douceur de la Rb, la révision est en marche. Yayi a du monde, y compris la Rb, pour refonder, disons pour réviser. La nouvelle jarre de Yayi est proche. La prophétie politique l’avait annoncée.

Sulpice O. GBAGUIDI

Cette entrée a été publiée dans Editorial. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir