Grande lessive à la BCEAO

Un mois et deux semaines après sa prise de fonction à Dakar, le nouveau gouverneur de la Bceao, l’Ivoirien, Tiémoko Meyliet Koné a entamé sa grande lessive. Le vice-gouverneur, le Nigérien Ali Badjo Gamatié en a fait les frais. Il a été démis de ses fonctions par une note interne de la banque et remplacé par un autre compatriote, Mamadou Diop, jusque-là directeur d’agence de la Bceao à Niamey. Derrière ce départ, la main des présidents Issoufou et Alassane Ouattara qui se payent ainsi la tête de l’ex-conseiller attitré du président déchu, Mamadou Tanja.

C’est le début de la grande lessive à la Bceao. A peine installé, l’actuel gouverneur, Tiémoko Koné passe à l’offensive. L’ancien ministre nigérien des finances qui a travaillé aussi pour le compte de Bretton Woods, Ali Badjo Gamatié, jusque-là vice-gouverneur de la Bceao, paye cash sa proximité d’avec l’ex-président nigérien, Mamadou Tanja, déposé en février 2010 par une junte militaire. Longtemps dans le collimateur de la haute sphère des instances de la Bceao depuis son déballage sur les manquements graves de la gestion de l’institution bancaire des 8 pays de l’Uemoa, au lendemain du départ de l’ancien gouverneur, Charles Konan Banny pour occuper les fonctions de Premier ministre en Côte d’Ivoire, Ali Badjo Gamatié se savait bien sur un siège éjectable. Soutenu à l’époque par le Sénégal contre les 7 autres chefs d’Etat de l’Uemoa qui s’étaient opposés à sa candidature, pour succéder à l’Ivoirien, Charles Konan Banny,  le vice-gouverneur Gamatié entretenait des relations très tendues avec ce dernier.  Lequel avait confié les commandes de la Bceao au Burkinabé, Justin Damien Barro, deuxième vice-gouverneur et actuel Président du Conseil d’Administration de la Banque Internationale du Burkina (BIB).

Derrière ce départ quasi-attendu du côté des habitués de la banque, on soupçonne la main du président nigérien, Mahamadou Issoufou qui a juré –selon des sources bien informées à Niamey- de se payer la tête de l’ex-éminence grise du palais et puissant conseiller des mines sous l’ère Tanja. L’homme fort de Niamey qui aurait beaucoup travaillé l’oreille de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, a décidé de mettre en selle son jocker, Mamadou Diop, d’origine sénégalaise et précédemment directeur d’agence de la Bceao au Niger. Ce dernier, un pur produit de la maison qui enfile ses habits de vice-gouverneur, était dans la course des potentiels prétendants au fauteuil de Premier ministre à Niamey au lendemain de l’investiture du président Issoufou. Ali Gamatié, qui n’a plus remis les pieds au Niger depuis la chute de son ex-mentor, Mamadou Tanja, va-t-il retourner à Bretton-Woods ou se reconvertir en consultant privé international ? Moins de soixante jours de l’arrivée de l’Ivoirien, Tiémoko Koné, c’est le premier règlement de compte au sommet de la Bceao, dit-on à Dakar

Par Ismael Aidara

Publié sur lesafriques.com

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Afrique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir