Paralysie de l’administration douanière et menaces du chef de l’Etat : MALGRE LES MUSCLES DE YAYI, LES DOUANIERS FONCENT

Le président de la République, le docteur Boni Yayi a rencontré les douaniers retraités hier mardi 28 septembre 2011 au palais de la Marina. Au cours de cette entrevue, il a tenu des propos extrêmement engagés et durs par rapport à l’option prise par les douaniers de paralyser l’administration douanière pendant 72 heures sans service minimum à cause de la loi sur la grève les concernant votée. A l’écouter, il est prêt à radier les agents grévistes de l’administration et à les remplacer par ceux retraités. Malheureusement, ce discours à la limite foudroyant n’a aucunement émoussé les ardeurs des manifestants qui estiment que les propos de Boni Yayi, loin d’être du nouveau sont du ‘’déjà entendu’’. C’est pourquoi ils se sont dopés le moral pour aller jusqu’au bout afin d’avoir gain de cause. Ainsi, aujourd’hui encore, ils ont poursuivi leur mouvement de grève. Ce qui a déjà fait perdre plusieurs dizaines de milliards à la caisse de l’Etat. Or, il y avait des rumeurs qui faisaient état de ce que les indicateurs tendent déjà vers le rouge et que des difficulté liées aux payement des salaire s’annoncent. Vivement que ce bras de faire cesse et que et douaniers et chef de l’Etat ramènent la balle à terre et fument le calumet de la paix pour qu’on n’arrive pas à la situation chaotique de la période d’avant la Conférence des forces vives de la nation. Car, le Bénin a besoin de ressources pour se mettre sur les rails du vrai développement et les douaniers doivent jouer bien leur partition. De même, il n’est pas bon de montrer chaque fois les muscles. 

Hubert Djogue, in L’Autre Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir