Défections dans l’Union fait la Nation : Après Edmond Agoua, Cyriaque Domingo sur le départ

Le député Cyriaque Domingo serait sur le point de quitter la barque Union fait la Nation (« Un »). De sources proches de l’opposition, l’homme politique devrait remettre ses lettres de démission aux responsables de l’alliance cette semaine.

La saignée continue dans la plus grande alliance politique de l’opposition. Après la démission du député Edmond Agoua, c’est l’Honorable Cyriaque Domingo qui devrait annoncer son départ dans les prochaines heures. «L’officialisation de la décision n’est désormais qu’une question de temps», confient des sources bien introduites dans l’entourage de l’intéressé. Elles se veulent même rassurantes en soulignant que les lettres de démission sont fin prêtes et devraient être déposées dans cette semaine. Plusieurs fois annoncée, cette démission a été démentie par les faits. Mais cette fois-ci, elle pourrait être effective. Le député de la 18ème circonscription électorale du Bénin serait amené à observer ce revirement politique, sur la demande et l’insistance de ses militants. Les populations de Houéyogbé, la base de sa formation politique, le Parti de la rénovation pour la solidarité et le progrès (Prsp), ont exprimé, à en croire les mêmes sources, le vœu de se rapprocher du pouvoir, en vue de sortir leur région de l’ornière. Une nouvelle orientation qu’il aurait appréciée. Car, opérateur économique, l’Honorable Cyriaque Domingo est bien moulé dans le milieu des affaires au Bénin et sa nouvelle position politique lui permettrait d’améliorer sensiblement ses activités. D’autres sources confient que la nouvelle option du président du Parti pour la démocratie et le progrès social (Pdps), Edmond Agoua, a influé sur l’ancien maire de Houéyogbé qui était jusque-là indécis. A tout le moins, si cette désolidarisation de Cyriaque Domingo se confirme, ce serait deux poids lourds que l’Union perdrait dans l’intervalle d’une semaine. Déjà en difficulté dans le Mono et le Couffo, le départ de ce député très implanté à Houéyogbé et dans les communes environnantes affaiblirait davantage l’« Un » dans la région et par prolongement dans le pays. L’Union serait-elle dans au creux de la vague ? Une préoccupation qui reste pour le moment une énigme, car si des combattants engagés ont déjà quitté «l’aventure des unionistes» pourtant prometteuse à ses débuts, d’autres continuent d’y croire et n’entendent point baisser la garde.

AS

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir