Gouvernement Yayi et réformes institutionnelles : La révision de la Constitution reportée en 2012

Les réformes entreprises par le gouvernement Boni Yayi II continuent de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Même les domaines qui ne sont pas encore abordés par ces réformes suscitent des débats au sein de l’opinion publique nationale voire des partis politiques. La révision de la Constitution du 11 décembre 1990, la loi fondamentale de la République du Bénin, a très souvent été l’objet de débat voire de polémique ces dernières semaines. Les commentaires se sont multipliés à l’occasion de l’examen et du vote au Parlement de la loi organique portant conditions de recours au référendum. En cette veille de l’ouverture de la session budgétaire à l’Assemblée nationale, la deuxième ordinaire de l’institution prévue pour une date de la deuxième quinzaine du mois d’octobre, d’aucuns pensent que la question de la révision de la Constitution sera inscrite à l’ordre du jour de cette session. Et pourtant, la loi organique portant conditions de recours au référendum, votée il y a quelques semaines par les députés à l’Assemblée nationale, permet de lever toute équivoque. Du moins, il ne peut être question de la révision de la Constitution du 11 décembre 1990 avant le mois d’avril 2012. Et pour cause. Conformément à l’article 11 de la loi organique relative au référendum, » La proposition de loi et la question à soumettre au référendum sont transmises au Gouvernement par le Président de l’Assemblée nationale au cours de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale «, une session ordinaire de l’Assemblée nationale qui ne peut être ouverte qu’au cours de la première quinzaine du mois d’avril comme le stipule une disposition de l’article 87 de la Constitution du 11 décembre 1990.

11-10-2011, Karim Oscar ANONRIN, Quotidien Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir