La REFONDATION face aux diplômés du CNCB : L’INTENDANT DOSSOU-YOVO DOIT AUDITER TOUS LES DIPLOMES

(Même les FCBE doivent subir la loi)

Depuis la nomination d’une nouvelle Directrice Générale au Conseil National des Chargeurs du Bénin(CNCB), tout le personnel est aux abois. Des cadres qui se croyaient intouchables viennent d’être mutés et l’organigramme de l’entreprise réhabilité afin de permettre au CNCB de donner le plein de toutes ses potentialités. Pour y parvenir, le gouvernement a envoyé un auditeur qui doit analyser le fonctionnement de l’entreprise. Actuellement, ce dernier doit se donner une nouvelle mission qui sera, entre autres, de vérifier tous les diplômes de chaque membre du personnel.

Pour ceux qui connaissent très bien le CNCB, ils savent que dans cette entreprise les objectifs primordiaux ont été progressivement mis de côté pour d’autres préoccupations, essentiellement personnelles. Tout ce qui a intéresse les différents dirigeants de cette entreprise a été comment procéder à la signature des contrats avec des partenaires étrangers afin de toucher des commissions qui dépassent l’entendement. On sait comment des individus hier démunis sont devenus aussitôt très riches dès leur arrivée à la tête du CNCB. Et dans ces conditions rien n’est jamais véritablement fait pour bien diriger l’entreprise CNCB qui est considérée comme une poule aux œufs d’or. Pour l’anecdote, il est à signaler que le CNCB n’a jamais changé de Directeur Administratif et Financier depuis plus de huit années. L’ancien titulaire au poste qui vient d’être limogé a de quoi rendre suffisamment comptes à l’Intendant DOSSOU-YOVO, récemment nommé par le gouvernement YAYI pour vérifier la gestion interne et intégrale du CNCB. Et pour que le Sieur Raouf YAYA puisse confondre tous ses nombreux détracteurs, qui pensent qu’il a commis beaucoup de malversations, le désormais ancien DAF doit se mettre à la disposition de l’auditeur interne et mettre tous les documents à la portée de celui-ci. Par exemple, il faut que tous les contrats qui lient le CNCB à tous ses partenaires soient rapidement disponibles car on signale que des documents comptables sensibles seraient déjà soustraits des archives de l’entreprise. Info ou intox ? Seul Raouf YAYA pourra dissiper toute polémique et se rendre disponible puis ainsi toutes pièces administratives.

Un nid de faux diplômés et de « cadres politiques »

                            Mais ce qui intéresse davantage l’opinion est la qualité intellectuelle du personnel qui travaille au sein du CNCB. Selon plusieurs indiscrétions, le CNCB serait l’entreprise publique béninoise où l’on peut retrouver le plus grand nombre de faux diplômés ainsi que des fonctionnaires « cadres » sans diplômes appropriés. D’après quelques informations crédibles, il y a au sein du CNCB des responsables qui n’ont pour tout diplôme que de simples Attestations en Apprentissage Informatique alors qu’ils sont nommés à des fonctions de grandes responsabilités administratives. Il suffit seulement, pour ce faire, d’être un militant politique qui sait « mouiller le maillot » lors des consultations électorales. Ces détenteurs de faux diplômes ou ces cadres sans qualifications sont évidemment des militants estampillés cauris ou le deviennent pour la cause. D’où la perplexité du dossier. Tous les anciens Directeurs Généraux qui se sont succédé ont eu, avouent les connaisseurs du dossier,  tous les maux à mettre un terme à cette politique de placement de cadre notoirement incompétents et budgétivores.

Même des salariés du CNCB qui ont le privilège de connaître des séjours en prison pour malversations financières sont purement et simplement réintégrés sans sanctions disciplinaires car ayant des parents très proches du pouvoir ou originaire d’une partie géographique donnée du pays. Et comme ces promotions ne leur suffisaient point, ils sont les premiers à vouloir faire partie de toutes les missions à l’extérieur du pays afin de gagner d’énormes frais de missions. Tous les postes donnant droit à des gains supplémentaires leur sont systématiquement attribués. Selon un autre cadre (BAC +) et travaillant au CNCB, la politique politicienne s’est trop immiscée dans le bon fonctionnement de l’entreprise au point où on se demande si les réformes en cours par l’actuelle DG, dame Diane TOSSA, ne seront pas bientôt anéanties par les FCBE. D’ailleurs, beaucoup affirment que le front anti réforme se met déjà en place pour inonder le palais de la présidence de la république de fiches tronquées afin d’amener Boni YAYI à intimer l’ordre à la Directrice Générale d’arrêter ces réformes.

Pour les plus avertis, les faux diplômés ainsi que les cadres politiques aux diplômes équivalents du CEP (diplôme d’entrée au collège) telles les Attestations d’Initiation à l’Informatique sont assez nombreux pour qu’on les dérange, étant entendu qu’ils sont exclusivement membres des partis politiques soutenant les actions du chef de l’Etat. D’autres sources affirment toutefois que toutes les réformes actuellement entreprises par Diane TOSSA auraient la bénédiction de Boni YAYI décidé à mettre un terme ou au moins freiner la gourmandise de certains de ses soutiens politiques. A suivre…

Claudine DEGLA, in Quotidien L’Autre Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir