Après avoir braqué une dame et emporté 11 millions de Francs CFA : Un ancien policier radié tire sur les RAID

(Il a été arrêté avec ses acolytes et plusieurs armes saisies à son domicile)

L’ancien fonctionnaire de police radié Armand Kantchékon est gardé à vue, depuis hier, au commissariat central de Cotonou pour avoir braqué une dame et tiré à bout portant sur les éléments de l’unité spécialisée de la police «Recherches, Actions, Interventions et Dissuasions» et de la brigade de recherches et des investigations du commissariat central de Cotonou. Il a été arrêté avec ses acolytes à Cotonou suite à un braquage à main armée au Carrefour Missèbo où ces malfrats ont réussi à emporter 11 millions de francs Cfa qu’une dame allait déposer dans une institution financière de la place. L’alerte de la victime a permis aux forces de l’ordre d’activer le dispositif sécuritaire mis en place par le commissaire central de Cotonou Louis Philippe Houndégnon pour démanteler ce vaste réseau de malfrats. Toutefois, la tâche n’a pas été du tout aisée. Les policiers ont, en effet, essuyé une sueur froide avant de mettre la main sur le cerveau de la bande, Armand Kantchékon qui n’a pas hésité à ouvrir le feu sur eux. Mais les agents de sécurité n’ont pas riposté. Ils ont développé une technique qui leur a permis de le maîtriser sain et sauf. Une perquisition à son domicile a permis aux agents de sécurité de saisir des pistolets automatiques et de fabrication artisanale, des uniformes de la police nationale et plusieurs millions volés. Radié de la police nationale depuis quelques années pour des faits d’escroquerie, de faux et usage de faux, cet ancien fonctionnaire de police a été arrêté en 2009 et mis sous mandat de dépôt. Il a été ensuite mis en liberté, il y a un an. Cité après dans plusieurs cas de braquage à Cotonou, Ouidah et Abomey-Calavi, il est activement recherché par la police nationale. De sources dignes de foi, Armand Kantchékon et ses acolytes seront présentés au procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou dans les tout prochains jours pour répondre de leurs actes. Joint au téléphone hier, le commissaire central de Cotonou n’a voulu faire aucune déclaration à la presse. Il déclare que sans autorisation de la direction générale de la police nationale, il ne pourra donner sa version de ce braquage qui a failli ôter la vie à deux individus.

19-10-2011, Adrien TCHOMAKOU, Quotidien Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Photos, Politique, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir