Lors du sommet sur le travail décent en Afrique du Sud : Pascal Todjinou dénonce la violation des conventions de l’Oit au Bénin

Le secrétaire générale de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), Pascal Todjinou, délégué des travailleurs du Bénin à la 12ème réunion régionale africaine de l’Organisation internationale du travail (Oit) n’a pas eu sa langue dans sa poche lors du sommet sur le travail décent à Johannesburg en Afrique du Sud. A l’occasion, il n’a pas manqué de marquer de réitérer son mécontentement face à nouvelle loi qui supprime le droit de grève aux douaniers votée récemment par le parlement béninois et promulguée par le Chef de l’Etat. C’était au cours des débats en plénière sur le rapport du directeur général du Bureau international du travail qui a pour thème «Accélérer la mise en œuvre de l’agenda du travail décent en Afrique : 2011-2015″.

Lire l’intégralité de sa déclaration

Déclaration de Pascal Todjinou, Délégué des Travailleurs

» …Je suis heureux de représenter tous les travailleurs du Bénin à cette réunion, en tout cas les vrais travailleurs déterminés à lutter pour l’avènement d’un travail décent au Bénin. Mais cette détermination se heurte de plus en plus à la violation flagrante de certaines Conventions Internationales du Travail par les pouvoirs publics du Bénin. Je ne peux ne pas en parler ici à cette bonne occasion sur cette historique, mémorable et révolutionnaire terre de l’Afrique du Sud. Si je n’en profite pas, je risque d’être très mal compris par ceux qui m’ont retenu pour représenter les Travailleurs à cette Réunion Régionale et ils risquent de me pincer les Oreilles. En effet, l’un des piliers pour un travail décent est bel et bien le Dialogue Social très cher aux Responsables Syndicaux du Bénin. Le rapport du Directeur Général du BIT en a fait cas de façon éloquente. Ce pilier se détruit progressivement au BENIN car l’Assemblée Nationale Béninoise, sous la houlette du Gouvernement vient de voter une loi privant une partie des travailleurs du Bénin du droit de grève. Il s’agit des Agents des Douanes à qui le droit de grève avait été pourtant reconnu par la Cour Constitutionnelle de notre Pays en 2006. La même Cour déclare conforme à la Constitution une loi pour empêcher les Douaniers Béninois d’exercer leur droit constitutionnel. Le Président de la République, de façon menaçante l’a promulguée très rapidement. Cela paraît curieux ! En fait, le pouvoir actuel du Bénin, avec sa majorité au Parlement, est en train de vouloir éliminer le droit de grève au Bénin et pourtant ce droit est reconnu par la Constitution de notre Pays afin de réduire au silence toute contestation de mauvaise gestion. La détermination du Gouvernement à violer les Conventions Fondamentales de l’OIT se précise de plus en plus. Les Conventions 87 et 98 sont les plus visées pour faire taire toute velléité de contestation au Bénin. A ce sujet, la tension sociale monte de plus en plus parce que le Gouvernement de mon Pays, le Bénin s’ingère, de façon flagrante, dans le fonctionnement et les formes d’organisation des syndicats. En tout cas, notre position est claire. Nous sommes acquis au Dialogue Social, socle important et même indispensable pour le travail décent au Bénin et partant pour l’Afrique.

Je vous remercie

Pascal TODJINOU

24-10-2011, Adrien TCHOMAKOU, Quotidien Fraternité

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Afrique, International, Politique, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir