Report de la visite de Yayi en France : Qui de Bako ou Monchau entretient le flou?

La presse l’a fortement relayé ce lundi. La visite officielle du Chef de l’Etat, Boni Yayi en France, initialement prévue pour ce lundi 24 octobre 2011 a été reportée. Sur les raisons, les versions divergent et varient d’une diplomatie à une autre laissant ainsi libre cours aux polémiques.

Le Chef de l’Etat, Boni Yayi devait entamer depuis hier 24 octobre 2011 une visite officielle en France où il aura l’occasion de s’entretenir avec son collègue français, Nicolas Sarkozy. Pour des raisons que beaucoup ignorent encore, le voyage officiel est reporté. Là où le bât blesse, c’est que les deux parties, française et béninoise, ne s’entendent pas sur les raisons du report ou du moins, elles se contredisent.

En effet, profitant du bilan de ses 100 jours à la tête de la diplomatie béninoise, Nassirou Arifari Bako, en face des hommes des médias vendredi dernier, a expliqué les raisons de ce report. Selon le chef de la diplomatie béninoise, le report de la visite d’Etat que le Président Boni Yayi devait effectuer ce lundi 24 octobre 2011 est lié au développement de l’actualité libyenne en l’occurrence la mort du Colonel Mouammar Kadhafi. Selon lui, la disparition de l’ancien guide devant donner une autre tournure à la crise et la France prenant une part active au conflit, les deux parties ont convenu de décaler la visite.

D’un autre côté, comme pour désavouer le ministre des affaires étrangères béninois, l’Ambassadeur de France près le Bénin, Jean-Paul Monchau a cru devoir bien faire en rendant public un communiqué de presse qui lève toute équivoque. Lu dans le journal télévisé de 13heures d’une chaîne de télévision privée de la place, ledit communiqué lie le report du voyage de Boni Yayi à la crise économique internationale qui occupe le Président français, Nicolas Sarkozy en tant que président du G8 et du G20. Alors face à la situation, poursuit le communiqué de presse, la partie française a demandé le report de la visite prévue désormais pour le 08 novembre prochain.

A comparer les deux communiqués, on se rend aisément compte qu’il n’y a pas de similitude mais que chacun y est allé avec ses arguments. Primo, le communiqué de l’Ambassade de France n’a nullement fait cas de la mort de Mouammar Kadhafi alors que tout le monde sait la place de choix qu’a occupé la France dans la situation libyenne. Dira-t-on que c’est un langage diplomatique ? Secundo, c’est la partie française, compte tenu du calendrier chargé de Sarkozy, qui a demandé le report et non que les deux parties se sont entendues pour décaler la visite comme l’a dit le ministre béninois des Affaires étrangères. Tertio, si tant est que les deux parties ont convenu de décaler la visite, pourquoi le ministre Bako n’a-t-il pas annoncé la nouvelle date retenue pour la visite au cours de sa conférence de presse ? Seul le communiqué de presse de l’Ambassade de France a donné une précision sur la nouvelle date retenue. Est-ce encore là une stratégie diplomatique ? Dans tous les cas, stratégie diplomatique ou non, il faut reconnaître que les raisons avancées de part et d’autre pour expliquer le report du voyage de Boni Yayi sont loin de convaincre.

De sources dignes de foi, on apprend que les raisons sont bien ailleurs. Les relations entre le président béninois Boni Yayi et le président français Nicolas Sarkozy ont pris un coup ces derniers temps. Les mêmes sources affirment que le Président Yayi et le PDG du Groupe Bolloré ne se seraient pas entendus sur les termes du contrat qui doit les lier quant à la gestion du Port de Cotonou. A l’occasion de sa dernière visite à Cotonou et malgré sa décoration, Vincent Bolloré serait reparti pas trop content du Chef de l’Etat béninois. De retour en France, il se serait ouvert au Président Sarkozy, son ami personnel. C’est alors que le Chef de l’Etat français aurait demandé à son collègue béninois de revoir sa copie. Ce que le président Boni Yayi n’aurait pas digéré. Pour l’heure, on retient que la visite officielle de Boni Yayi en France est fixée désormais au 08 novembre 2011 ; sauf un nouveau report !

Edgar Gnimavo, in Quotidien ADJINAKOU
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Afrique, International, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir