Affaire FBF-MTN: Anjorin en prison, le foot en sursis

La crise qui secoue le secteur du football béninois tend certainement vers sa fin avec la reprise des championnats. Mais pour l’heure l’affaire FBF-MTN liée au sponsoring des activités du football entre 2008 et 2010 continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive avec la dernière décision du Parquet général de maintenir Anjorin Moucharaf en prison pour la suite des procédures. Dans cette parution, votre journal fait le point de l’affaire.

Au lendemain de la participation du Bénin à la Coupe d’Afrique des Nations en Angola en janvier 2010, le peuple béninois a appris avec désarroi que la participation piteuse de notre pays à cette manifestation a coûté au contribuable plus de 2 milliards de francs CFA. Quelques semaines plus tard, l’opinion publique est encore ébranlée par un autre scandale : celui de la gestion peu rigoureuse des fonds mises à disposition par des sponsors en particulier Mtn, pour les activités sportives. Ce qui a conduire le président de la Fbf, Anjorin Moucharaf devant les juridictions. Le lundi 25 juillet 2011, il a été écouté puis mis aux arrêts pour les besoins de l’enquête. C’est donc un nouveau feuilleton de la crise qui secoue le football depuis décembre 2010. Le juge d’instruction de la Cour d’appel de Cotonou en charge du dossier, a mis en examen Anjorin Moucharaf, accusé de malversations dans cette affaire d’environ 300 millions de FCFA.

Cette énième audition décisive fait suite à celles des mercredis 09 mars, 27 avril et 18 mai 2011. Le problème soulevé se situe au niveau de la différence entre le montant contenu dans le contrat Mtn-Fbf signé en 2007 pour le compte des Ecureuils et ceux inscrits dans les rapports financiers du gestions 2009 et 2010 présentés par le président de la FBF aux membres du comité exécutif qui, en son temps, ont décidé de ne point valider le dit rapport. Ce qui a motivé certains membres à porter plainte contre Anjorin Moucharaf à la brigade économique et financière qui a effectué ses enquêtes. Le président de la Fbf, principal mis en cause dans la gestion controversée de ce contrat, a été déposé à la maison d’arrêt de Cotonou, après plusieurs reports. La Fifa a aussitôt condamné la décision du tribunal qui dépose le président de la Fbf en garde à vue, car elle a estimé qu’en son sein, il existe des auditeurs internes qui pouvaient mener les enquêtes et rendre public les résultats. Selon la Fifa, cette arrestation est donc contraire aux règles de jeu de l’institution faîtière du football.

Que dit le contrat ?

Dans un premier temps, l’article 3 dudit contrat stipule que Mtn devrait verser une somme de 98 millions FCFA hors taxe à la Fbf chaque année et que cette somme est majorée de 5%. En second lieu, l’article 5 a donné des détails sur sa durée qui devrait s’étendre sur trois ans, donc de 2008-2010. Le rapport financier à polémique, donc celui de l’année 2009, présente 15. 200.000 FCFA relatifs au sponsoring et 18.855.000 FCFA pour le compte de l’année 2010. En 2008, le point financier n’avait pas été présenté puisque, selon les informations reçues, il n’y avait pas d’exercice financier. Les 300.000.000 de FCFA ont fait l’objet d’une gestion peu rigoureuse ce qui fait partie entre autres, des raisons qui ont conduit Sébastien Ajavon et son équipe, les douze donc, à faire leur valise en démissionnant du comité exécutif le 20 décembre 2010.

La situation a évolué

Cet état de choses a conduit entre temps l’ex-député Janvier Yahouédéou à adresser une série de cinq questions au gouvernement afin d’éclairer l’opinion publique. Anjorin Moucharaf a été par la suite mis en liberté provisoire. Son avocat, Me Rafiou Paraïso, avait confirmé la nouvelle : » Anjorin Moucharafou est en liberté provisoire. Le juge pourra l’écouter quand il voudra… je suis satisfait. La chambre d’accusation a estimé que mon client peut être libéré provisoirement. J’espère que tout va bien se passer au niveau des formalités à remplir et que le parquet général va suivre. Le dossier a une vérité qu’on découvrira tôt ou tard. Lorsque l’instruction sera bouclée, on connaîtra la vérité sur ce qui est reproché à Anjorin «, a-t-il déclaré.

A l’opposé, l’avocat des plaignants, Me Moustapha Issiaka, a estimé que rien n’est fait. » Oui, Anjorin est en libérté provisoire mais ça ne veut pas dire qu’il est blanc comme neige. La procédure continue et si on constate qu’il est impliqué il sera jugé «, a-t-il fait savoir. Les juges de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Cotonou avaient prononcé la mise en liberté provisoire du président de la Fbf, Anjorin Moucharafou. Mais aux dernières nouvelles, le Parquet général a formulé un pouvoir en cassation. Ce qui fait que Anjorin devra rester encore quelques temps en prison en attendant le verdict de Cour suprême.

La décision de libération de Anjorin Moucharaf coïncide avec la décision du gouvernement de reconnaître la sentence rendue par le Tribunal arbitral du sport, Tas, et par ricochet son Comité exécutif. Il se trouve donc conforté puisqu’il pourra travailler sereinement jusqu’à l’été 2013 où de nouvelles élections seront organisées. Des crises se succèdent, mais le bout du tunnel est encore loin.

Avec cette nouvelle décision du Parquet général, la gestion du football par le président Anjorin ne sera certainement pas si aisée ; mais vu la détermination des autres membres du bureau, le football pourra rouler sur les aires de jeu d’ici la fin du mois de novembre 2011 comme annoncé, dans le cadre d’un championnat de transition.

Gathum Gbaguidi

Publié par Journal-adjinakou-benin.info, le 29.10.2011

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Sport. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir