Le Hadj 2011 enregistre son tout premier décès au Bénin. Un pèlerin a rendu l’âme hier matin à la mosquée centrale de Zongo des suites d’une courte maladie. Venu du Nord Bénin depuis le 16 octobre 2011, il dort à Zongo dans l’espoir de prendre son vol pour la Mecque. Mais ce voyage, il ne l’effectuera jamais. Selon certaines indiscrétions, c’est son premier Hadj et sa mort serait liée à la mauvaise organisation du Hadj 2011. En venant à Cotonou, il n’avait pas prévu passer son temps dans une mosquée. Il devrait prendre son visa pour se rendre aussitôt en Arabie Saoudite.

Mais les conditions de départ l’ont contraint à passer tout son temps dans les ruelles de Zongo. Manger, se mettre à l’aise et se doucher étaient un véritable chemin de croix pour lui, affirment son entourage immédiat.

Le défunt a donc payé le prix de la politique du favoritisme, du clientélisme et de la légèreté de certains responsables en charge de l’organisation de ce pèlerinage, qui font preuve d’amateurisme dans l’exécution de leur mission. Aujourd’hui, la situation est catastrophique. Les pèlerins à la Mecque souffrent le martyr. Ils sont exposés au soleil et punis par la pluie. Le haut commissariat en charge du Hadj a purement et simplement démissionné. Ce qui a d’ailleurs conduit le chef de l’Etat à limoger son premier responsable, Rafiou Toukourou. Mais les solutions aux problèmes ne sont pas encore trouvées.

Les questions liées au voyage et surtout au visa doivent être rapidement réglées pour permettre aux pèlerins d’atteindre la terre sainte. Le Hadj 2011 au Bénin ne finira pas de compter ses morts, si la situation perdurait. Il faut préciser que le jeune homme a été inhumé hier même au cimetière musulman situé sur la voie de Ouidah après une prière dite à son intention à la mosquée centrale de Zongo.

Léonce HOUNGBADJI

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Faits Divers, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir