Djakotomey : Fusillé, le colonel civil Dévi entre la vie et la mort

Le redouté des bandits de grands chemin, Ehoun Devi connu sous le nom de colonel civil Dévi aurait laissé sa peau dans une embuscade à lui tendue par les proches de Zannou. Le drame est survenu dans l’après midi de ce mardi 9 novembre 2011 sur la route de Loko-Atui à Gohomey commune de Djakomotey

Pris à partir dans une embuscade tendue par les enfants du feu et réputé grand bandit Zannou, le colonel civil Dévi a essuyé des tirs à balles réelles sur la route de Loko Atui dans Gohomey commune de Djakotomey. Il aurait été forcé à descendre de son véhicule par les agresseurs qui ont saccagé le véhicule de celui qui est depuis roi sous le nom de sa majesté Sowadan Lokonon, roi du village Loko-Atui, connu sous le nom de colonel civil Dévi, pourfendeur du vol, du viol et autres délits. D’après les premières informations recueillies, l’ex homme fort et traqueur des hors la loi a reçu des balles dans l’abdomen et porte des impacts de coups et blessures sur le corps. Il est aussitôt évacué au CHD Lokossa aux environs de 16h. Mais constatant la gravité de son état le service des urgences   du CHD-Lokossa l’a renvoyé au CNHU K. Maga de Cotonou. Admis aux soins intensifs, le colonel Civil Dévi présente pour l’heure très peu de chance de sortir des blessures apprend-ton. Cet acte criminel ressemble bien à un règlement de compte quand on se souvient de la traque lancée par le Colonel civil Dévi contre Zannou qui s’est soldé par l’exécution au feu de ce dernier.

Pour mémoire il faut rappeler que la vindicte populaire a atteint ses heures de gloire en 1999 dans les départements du Mono et du Couffo. A la tête d’une milice, » Camp né Adja «, un » Zorro » du pseudonyme de Colonel civil Dévi, a cruellement tué avec la complicité active des populations de Djakotomey, Klouékanmè, Azovi, Dogbo et environs plus de 600 criminels ou supposés selon les estimations de la ligue des droits de l’homme au Bénin. Au plan local, la nostalgie de cette page tragique du renouveau démocratique du Bénin est encore vive. Après des démêlés avec la justice, le célèbre justicier colonel civil Dévi a été réhabilité.

Aristide F. Hounkpêvi
(Correspondant Mono Couffo), in ADJINAKOU
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir