Ouattara au Bénin : les préoccupations secrètes de la visite…

Le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara s’est rendu hier à Cotonou pour une visite officielle de quelques heures. Le nouveau président ivoirien qui effectue au Bénin sa première visite officielle après sa prise de pouvoir assez laborieuse, en aurait profité, selon les recoupements, pour aborder quelques questions secrètes comme le cas Blé Goudé qui serait refugié quelque part au Bénin et le dossier de l’uranium du Niger. Le rictus du visage d’Alassane Ouattara, les accolades chaleureuses et les louanges voués au président Yayi- naguère détestable- hier à Cotonou sonnent comme un retour à la normale entre le Bénin et la Côte d’Ivoire. C’est désormais évident, Cotonou et Abidjan souffle un air de décrispation. Mais tout ceci ne serait pas bien « gratuit ». Les Etats n’ont jamais d’amis mais des intérêts. Alors donc, qu’est-ce qui peu bien amener Ouattara à Cotonou après que ce dernier ait boudé depuis son élection le locataire de la Marina. Officiellement, il est venu sur invitation du président Boni Yayi pour renforcer les liens de coopération entre les deux pays. Mais les coulisses de cette visite paraissent moins chaleureuses. Selon des indiscrétions, le cas Charles Blé Goudé aurait été le plat de résistance de cette visite. En effet le chef des jeunes patriotes, ancien ministre de la jeunesse de Gbagbo Ouattara, grand tribun reconnu pour son discours révolutionnaire et anti-français aurait depuis peu, trouvé asile au Bénin. Il se serait installé au Ghana mais se rendrait plus fréquemment au Bénin où il logerait, selon l’hebdomadaire international Jeune Afrique, dans une belle villa à Abomey-Calavi. Avec la pression internationale, il aurait choisi de s’installer définitivement où il semble avoir une bonne protection. Les discussions auraient tourné autour de ça et le président ivoirien aurait demandé à son homologue béninois de l’aider à arrêter Charles Blé Goudé sous mandat d’arrêt international. Mais hasard du calendrier, ce voyage intervient quelques jours après le retour de Boni Yayi de la France. Depuis quelques jours en effet, la Côte d’Ivoire est très avancée sur le dossier de l’uranium du Niger. Ouattara se bat pour que le port d’Abidjan ravisse la vedette à celui de Cotonou pour le port de transit de l’uranium. Il compte sur ses solides relations avec l’Ump et surtout le président Sarkozy. Selon certaines sources, Ouattara serait venu parachever le travail entamée par la France : amener Yayi à lâcher du lest et à laisser cette grande opportunité financière au profit d’Abidjan et ce, en dépit des promesses faites et ententes conclues. Doit-on croire que la visite et les louanges du président ivoirien nous feront perdre ce juteux marché. Doit-on croire que le retour de l’amitié avec Ouattara a été au prix fort de la perte de ce deal commercial négocié depuis des mois ? Rendez-vous dans les mois à venir pour en savoir plus.

La fin d’une période

Ils ont enfin fumé le calumet de la paix. Après plusieurs mois de bouderie et de mépris, Yayi et Ouattara se sont entendus. On se rappelle que les inimitiés ont commencé un peu avant la guerre postélectorale qui a chassé Gbagbo du pouvoir. Le président Boni Yayi, a été vu par le camp Ouattara comme un pro-Gbagbo, chrétien évangéliste comme lui. Sa gestion de la crise a été aussi jugée trop complaisante envers Gbagbo. Conséquence, les salutations ont été très froides entre les deux hommes le jour de l’investiture du président ivoirien à Abidjan. Conséquence, le Bénin a été boycotté lors de la première tournée entamée par le président Ouattara après sa prise de pouvoir.

Marcel Zounmenou, in La Nouvelle Tribune

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Afrique, International, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir