Pour avoir injurié deux jeunes hommes : Deux prostituées arrosées de matières fécales à Vodjè
Deux filles de joie ont été arrosées de matières fécales vendredi dernier après avoir injurié deux jeunes hommes. La scène s’est déroulée vers 23h30 en face du siège du 12ème arrondissement de Cotonou.
L’incident s’est produit vendredi dernier, devant l’auberge Kinto Magni Messe en face des locaux de la mairie de Vodjè à Cotonou. Deux jeunes hommes qui venaient d’être injuriés par des prostituées n’ont eu d’autre réaction que de revenir quelques minutes plus tard pour arroser plusieurs d’entre elles de matières fécales.
La scène s’est produite au niveau de cette auberge qui fait office de lieu de travail et de gîte pour ces prostituées. Prises d’une hystérie sans pareille, les hurlements de ces jeunes filles mettent quasiment tout le quartier en alerte. Témoin de la scène, un groupe de gens, parmi lesquels je me trouve, ne cache pas son fou rire. Une odeur nauséabonde envahit les lieux. John, un témoin présent à l’instant même du drame, témoigne : « Je prenais une bière au dehors et je voyais les filles assises. Deux jeunes gens passaient et elles se sont mises à les taquiner et à les injurier. Un moment après, alors qu’heureusement je m’apprêtais à rentrer à l’intérieur du bar, ils (les deux jeunes gens, Ndrl) sont revenus sur une moto. Celui qui était remorqué tenait dans sa main un seau contenant des matières fécales qu’il a versées sur les filles. Aussitôt, ils se sont enfuis. » Très agitées, je ne parviens pas à recueillir directement le témoignage d’une de ces filles de joie. En revanche, une d’entre elles, en dépit de la cohue, s’écrie : « C’est une injustice ! Qu’avons-nous fait pour être humiliées de la sorte ? ». Des propos qui ne corroborent pas ceux de John. Un conducteur de taxi-moto, lui aussi témoin de la scène, me donne la confirmation que « ce sont elles qui ont provoqué les deux jeunes gens ». Au bout du compte, un jeune homme se propose volontiers de nettoyer les lieux. Ce qui ne change pas grand-chose à la colère de ces belles de nuit. « C’est une grave injure ! », s’indigne John.Valdez Onanina, in Quotidien Le Matin
 
Cette entrée a été publiée dans Faits Divers, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir