Chasse aux présumés agresseurs du colonel civil Dévi : 1 mort, 16 arrestations

Une opération de la brigade de gendarmerie de Lokossa qui visait les agresseurs du colonel civil Dévi a tourné en échange de tirs entre les deux parties hier jeudi à Agamè. Le bilan est d’un mort et de 16 arrestations.

Environ deux mois après l’attaque menée contre le colonel civil Dévi sur la route Lokossa-Dogbo et qui a failli lui coûter la vie, les présumés auteurs de l’acte recherchés depuis lors, ont été identifiés et retrouvés hier. Alors qu’ils étaient en réunion chez un chef de village dans l’arrondissement d’Agamè, commune de Lokossa, la gendarmerie les surprend par un assaut face auquel ils ont riposté. Après avoir encerclé les lieux, les forces de sécurité font irruption et intiment l’ordre aux participants de la réunion de se rendre tranquillement. Mais face à la menace, ils ont préféré se défendre, certains tentant de s’enfuir, d’autres voulant opposer une résistance. Ignorant le dispositif de la gendarmerie et l’impressionnant détachement de ses éléments, les présumés agresseurs de Dévi ont cru déjouer le plan. Bien que surpris par cette descente des hommes en uniforme, leur réaction laisse penser qu’ils avaient pris leurs précautions.

Très rapidement, ils se saisissent de leurs moyens de défense pour repousser l’assaut. Devenus menaçants, scénario auquel la gendarmerie s’est préparée, ils ne sont pas parvenus à mettre en œuvre leur stratégie. L’atmosphère devenue du coup propice aux échanges de tirs, ce sont les gendarmes qui ont pris aussitôt le contrôle de la situation. Tous les éléments surpris à la réunion ont été maîtrisés sous le coup des rafales. L’un d’entre eux a été atteint et a rendu l’âme. Seize sont arrêtés et conduits à la brigade en attendant d’être présentés à la justice. Selon nos sources, il s’agirait des enfants du redoutable voleur Zannou assassiné par le colonel civil Dévi le 29 septembre 1999.

A l’époque (1998-2000), ce dernier avait formé une milice pour traquer les malfaiteurs et les bandits de grand chemin qui maltraitaient les populations et face à qui, les pouvoirs publics étaient impuissants. C’est dans ces conditions que le redoutable Zannou a été brûlé par le colonel civil. Ce qui a valu à ce dernier l’estime des populations, et l’indignation des enfants du voleur assassiné qui, avaient promis venger leur père. Le 07 novembre 2011, Dévi a été agressé sur la voie Lokossa-Dogbo par des individus que la justice aidera à reconnaître. S’agit-il des enfants de Zannou ? Selon plusieurs sources qui suivaient de près ce dossier, il ne peut en être autrement. Beaucoup ont d’ailleurs affirmé que les agresseurs du colonel civil ont revendiqué l’attaque. Pour autant, la gendarmerie semble avoir d’éléments qui confortent ses opinions et a ouvert une enquête depuis cette agression.

Visiblement, l’assaut mené hier est l’aboutissement d’environ deux mois d’enquête. Mais seule la justice pourra situer avec précision l’opinion publique sur les différentes implications du coup du 07 novembre dernier.

FN in Le Matinal

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Faits Divers, Photos, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir