Facebook cité dans 33% des divorces en Grande-Bretagne

Avec près de 800 millions de membresFacebook n’en finit plus de susciter les craintes les plus vives concernant l’intimité de ses usagers. Si personne n’a encore prouvé que le géant des réseaux sociaux était à la solde d’un Big Brother malveillant, une étude britannique vient cependant de confirmer lepotentiel dévastateur du site de Mark Zuckerberg en tant que… briseur de ménages.

D’après l’enquête conduite par le site Divorce Online Facebook est cité comme un élément à charge dans près de 33% des divorces en Grande-Bretagne, contre 20% en 2009. Ces chiffres ont été établis grâce à l’étude d’une première série de 5 000 demandes de divorces en décembre 2009, suivie d’une seconde en décembre 2011.

Le constat est sans appel : Facebook s’immisce de plus en plus dans la vie d’un couple et dans les procédures de divorce. La plupart du temps, le réseau social est cité pour trois raisons :

  • les messages « inappropriés » envoyés par un conjoint à des personnes du sexe opposé
  • les commentaires désobligeants, voire odieux que s’échangent des partenaires séparés
  • les « amis facebook » rapportant les faits et gestes de l’un des deux mariés

Une nouvelle preuve, s’il en était encore besoin, que la prudence est de mise sur les réseaux sociaux… Notons enfin que Twitter fait pâle figure dans le domaine marital, le site de micro-blogging n’étant cité que dans 20 cas sur les 5 000 étudiés…

Par  in http://www.minutebuzz.com

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir