L’Onu exhorte l’Angola à réduire les écarts de richesses

Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon a exhorté le gouvernement angolais à redoubler d’efforts pour réduire les écarts de richesse afin de renforcer la stabilité et l’unité nationales.

L’Angola est le deuxième pays producteur de pétrole d’Afrique derrière le Nigeria mais la corruption y reste élevée et les deux tiers de la population vivent dans une extrême pauvreté avec moins de deux dollars par jour.

«L’Angola possède de grandes richesses mais présente également des écarts importants entre les riches et les pauvres», a déclaré Ban Ki-moon selon des déclarations publiées sur le site internet de l’Onu tard lundi.

«Le gouvernement devrait faire plus pour renforcer le tissu social en faisant la promotion de l’équité sociale et en garantissant une meilleur distribution des revenus», a-t-il dit à l’issue d’une visite de 48 heures à Luanda au cours de laquelle il a rencontré le président Jose Eduardo dos Santos. «C’est une question de stabilité, de prospérité et de justice.»

Selon l’ONG américaine Human Rights Watch, un trou dans les comptes de l’Etat de 32 milliards de dollars a été identifié entre 2007 et 2010 par le Fonds monétaire international (FMI). Cette somme proviendrait de la compagnie nationale pétrolière Sonangol. Le gouvernement a nié tout détournement de fonds.

Reuters

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Afrique, Economie, International, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir