Lady Gaga: une fondation pour aider les jeunes à avoir confiance en eux
Le passage de Lady Gaga à Harvard n'est pas passé inaperçu : en plus de ceux qui avaient pu rentrer dans la salle, des centaines d'admirateurs avaient bravé la neige pour essayer de l'apercevoir, essayant de s'habiller comme elle. Photo: Reuters

La vedette de la pop Lady Gaga a été mercredi soir l’hôte inhabituelle de l’université américaine d’Harvard (Massachusetts, nord-est) où elle a lancé une fondation pour aider les jeunes à avoir confiance en eux.

Une «culture d’amour» est nécessaire pour lutter contre les brimades entre élèves dans les établissements scolaires, et contre le manque de confiance que les adolescents ont en eux-mêmes, a-t-elle déclaré dans un amphithéâtre comble, où étudiants et professeurs s’étaient massés pour l’écouter.

«Je ne suis pas là pour vous donner une réponse, et je ne suis pas là pour vous dire que je peux régler ces problèmes», a-t-elle ajouté, en lançant sa fondation «Born this way» («Né comme ça», du nom de son deuxième album), aux côtés de l’animatrice vedette des médias américains, Oprah Winfrey.

«Ce n’est pas une fondation contre les brimades, a-t-elle tenu à préciser. C’est une fondation pour l’«autonomisation» des jeunes. Il s’agit de changer le climat dans les écoles», a ajouté la chanteuse dont la chevelure platine était relevée dans une impressionnante choucroute entourée d’une résille noire.

«Ce n’est pas si difficile» de changer les choses, a-t-elle fait valoir. Elle a évoqué «de petits actes de gentillesse» et la défense de ceux qui sont maltraités ou passent par un moment difficile de leur vie.

La question du harcèlement dans les écoles est un sujet qui tient à coeur Lady Gaga. Elle en avait déjà parlé avec des collaborateurs du président Obama à la Maison Blanche en décembre dernier.

Il faut communiquer avec ceux qui intimident les autres, a-t-elle aussi déclaré. «Qu’est-ce qui nourrit leur colère»?

Le lancement de sa fondation est intervenu alors que le sujet des brimades dans les écoles est revenu cette semaine sur le devant de la scène aux États-Unis, après qu’un élève eut ouvert le feu dans une école de Chardon (Ohio, nord), faisant trois morts et deux blessés.

Le tueur de 17 ans avait un passé tourmenté et solitaire et aurait été l’objet de brimades dans le passé.

Selon l’American Psychological Association, 70% des élèves de collège et lycée ont fait l’objet de brimades aux États-Unis, et jusqu’à 15% en souffriraient régulièrement.

Lady Gaga a encore ajouté que sa fondation allait promouvoir la sécurité dans les écoles et les lieux de vie, aider les gens à être aimants et tolérants, et les encourager à trouver des moyens de s’exprimer.

Le passage de Lady Gaga à Harvard n’est pas passé inaperçu : en plus de ceux qui avaient pu rentrer dans la salle, des centaines d’admirateurs avaient bravé la neige pour essayer de l’apercevoir, essayant de s’habiller comme elle.

Lukas Freitas, un étudiant de 19 ans, était ainsi entièrement vêtu de cuir noir. «C’est une tenue Gaga, en l’honneur de Lady Gaga», a-t-il expliqué à l’AFP, fier d’avoir pu se faire photographier avec la chanteuse.

«Elle a été très importante pour moi, m’a aidé à développer mon identité.  J’aime le fait qu’elle utilise sa célébrité pour aider les gens».

«C’est merveilleux qu’elle mette en avant les brimades à l’école, car c’est un vrai problème», estimait aussi Mark Mauriello, 19 ans, également vêtu de cuir, avec en prime des lunettes noires à la Lady Gaga.

Agence France-Presse
Cambridge

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, People, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir