La venue de DSK sème le trouble à Cambridge

Malgré les très vives protestations d’étudiants qui l’ont poursuivi tout au long de la soirée sous les fenêtres de la salle où il s’exprimait, Dominique Strauss-Kahn est parvenu à livrer sa conférence sur l’état de l’économie mondiale à l’université de Cambridge, vendredi soir. Mais l’ancien patron du FMI n’a pu échapper à une question sur l’affaire du Sofitel de New York. Un étudiant lui a demandé ce qu’il répondait aux allégations des avocats de Nafitassou Diallo d’échymoses sur son vagin. Ce à quoi il a répondu que toutes les poursuites contre lui avaient été abandonnées par le procureur. L’ancien favori a également livré son pronostic sur la présidentielle, jugeant quasi certaine une victoire de Hollande.

Strictes conditions de sécurité

Organisée dans de très strictes conditions de sécurité (portables, appareils photos, sacs confisqués, contrôles d’identité) et sous haute protection policière, cette apparition publique avait mis en émoi depuis plusieurs jours la prestigieuse université anglaise.

Une pétition, signée par plus de 800 personnes, demandait l’annulation de la conférence sous l’égide de la Cambridge Union Society. Ce club très select organise des débats avec des intervenants de premier plan. Refusant de céder à la pression, il invoquait la liberté d’expression et expliquait que l’invitation remontait à plusieurs années, lorsque DSK était à la tête du FMI. «Nous pensons que M. Strauss-Kahn est exceptionnellement qualifié pour parler des sujets phares de l’actualité internationale de 2012, en particulier la crise financière mondiale et l’élection présidentielle française», se justifiait l’association.

Cette obstination a provoqué la colère de la section «femmes» du syndicat étudiant Cambridge University Student’s Union (CUSU). «Monsieur Strauss Kahn est présenté par la Cambridge Union Society comme un éminent économiste, homme politique français, ancien chef du FMI, mais cette biographie omet une grande partie de son histoire: les suspicions de viol et de prostitution dont il fait l’objet, dénonce Ruth Graham, responsable du syndicat. Nous refusons que Cambridge soit utilisé par lui et ses conseillers en relations publiques pour participer à une entreprise de réhabilitation de son image.»

Du coup le CUSU a soigneusement entrepris de miner l’organisation de cette visite controversée. L’ex-presque candidat à la présidentielle a été accueilli par une manifestation d’une petite centaine d’étudiants dans les rues de la paisible ville de Cambridge. Trois d’entre eux ont été arrêtés, notamment pour des graffitis menaçants. S’il n’a pas remis en cause leur liberté de protester, DSK a jugé qu’ils «se trompaient».

Contre-conférence sur le viol

Dans la soirée, se tenait ailleurs une lecture de «Femmes poètes contre DSK». Le clou du programme ayant été, dans l’après-midi, une conférence à la faculté de droit avec l’un des avocats de Nafitassou Diallo. «Dominique Strauss Kahn pense qu’il peut parcourir le monde pour livrer ses pensées sur la crise de la dette et l’état de l’économie mondiale mais qu’il n’a pas à répondre aux questions sur ce qu’il a fait à Nafissatou Diallo dans la suite 2806 de l’hôtel Sofitel de New York, a plaidé Douglas Wigdor, arrivé des États-Unis vendredi matin. Mademoiselle Diallo veut faire savoir aux étudiants de Cambridge qu’elle est prête à se battre pour sa dignité et pour que justice soit faite. Nous sommes prêts à aller au procès dès demain si Monsieur Strauss Kahn l’accepte. C’est lui qui essaye de l’éviter et de considérer qu’il est au-dessus des lois.» L’avocat se réjouissait néanmoins que la tribune dressée à DSK à Cambridge se soit transformée en charge contre lui relayée par les médias. La contre-conférence était en effet consacrée au viol et à ses conséquences. «Je partage votre colère et votre honte, non seulement qu’il ait été invité, mais aussi qu’il ait accepté de venir à Cambridge parce qu’il a tout à coup des trous dans son agenda», fustigeait l’écrivain féministe Cath Elliott.

Florentin Collomp (Le Figaro)

Cette entrée a été publiée dans Actualités, International, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir