Crise syrienne : Kofi Annan à Moscou et à Pékin

L’émissaire spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, se rendra en fin de semaine à Moscou et à Pékin pour discuter de la crise syrienne, a annoncé vendredi son porte-parole, Ahmad Fawzi.

Selon lui, la mission envoyée par M. Annan en Syrie en début de semaine est rentrée jeudi, « après trois jours d’entretiens intensifs » avec les autorités syriennes.

M. Fawzi a précisé que M. Annan allait « étudier soigneusement » les réponses données par les autorités syriennes. Il n’a cependant « pas prévu pour l’instant une nouvelle visite à Damas », et « les négociations continuent par téléphone ».

« Les négociations se trouvent à un point très délicat, M. Annan n’a pas l’intention de les mener publiquement », a ajouté M. Fawzi.

Mercredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une déclaration d’appui au plan de paix de Kofi Annan, qui demande au président Bachar Al-Assad et à l’opposition de « travailler de bonne foi » en vue de mettre fin aux violences qui secouent le pays depuis maintenant plus d’un an.

Le plan de paix en six points appelle les autorités syriennes et l’opposition à:

  • cesser les combats;
  • accepter « un processus politique ouvert »;
  • permettre l’acheminement de l’aide humanitaire dans les zones touchées;
  • libérer des prisonniers arbitrairement détenus;
  • permettre la liberté de circulation pour les journalistes;
  • respecter le droit de manifester pacifiquement.

L’ONU demande de l’argent pour aider les réfugiés

L’ONU a lancé vendredi un appel de fonds à la communauté internationale pour aider les réfugiés syriens dispersés en Jordanie, au Liban, en Turquie et en Irak. Le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) cherche à amasser 84 millions de dollars américains.

L’argent doit financer un programme d’action concertée qui vise à soutenir 100 000 réfugiés syriens durant les six prochains mois. Selon le HCR, il y a environ 17 000 réfugiés syriens en Turquie, 16 000 au Liban et plus de 6000 en Jordanie. On ne connaît pas leur nombre en Irak.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a pour sa part décidé de prolonger le mandat de la commission d’enquête en Syrie et lui demande de dresser un « relevé des violations flagrantes des droits de l’homme » commises depuis mars 2011, y compris une évaluation du nombre de victimes.

La résolution appelle aussi Damas à cesser la violence et à autoriser un accès humanitaire sans entrave sur son territoire. Présentée par l’Union européenne, elle a été adoptée avec 41 voix pour, 3 contre (Russie, Chine et Cuba) et 2 abstentions (Équateur et Ouganda).

La Commission d’enquête doit faire le point oralement lors de la 20e session du Conseil en juin et présenter un rapport écrit en septembre.

La famille Assad sanctionnée par l’Union européenne

L’épouse, la mère, la soeur et la belle-soeur du président Bachar al-Assad ont été ajoutées à la liste des personnalités syriennes visées par des sanctions de l’Union européenne. Huit ministres du gouvernement syrien ont aussi été placés sur la liste.

La décision, qui touche huit hauts responsables du régime, a été entérinée lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères des 27 pays membres de l’UE. Il s’agit de la 13e ronde de sanctions contre le régime syrien.

Leurs avoirs en sol européen seront dorénavant gelés elles ne pourront voyager sur le territoire de l’UE. La femme du président, Asma Al-Assad pourra toutefois continuer d’aller au Royaume-Uni puisqu’elle est née à Londres et qu’elle dispose de la citoyenneté britannique.

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir