Macky Sall est le nouveau président du Sénégal

Alors que le  renoue avec le coup d’État, son voisin a choisi le changement par les urnes. Le président sortant du Sénégal, Abdoulaye Wade, a reconnu dimanche, au soir du second tour de la présidentielle, que Macky Sall avait remporté le scrutin. Les premiers résultats officiels ne sont pas attendus avant mardi ou mercredi, mais les chiffres égrenés par les médias sénégalais donnent en effet l’opposant en tête dans la plupart des bureaux de vote.

La nouvelle candidature du président Wade, 85 ans, après deux mandats et une modification de la Constitution, avait suscité des craintes quant à la vitalité démocratique du pays. Avant le premier tour, des manifestations et des violences avaient d’ailleurs fait plusieurs morts et au moins 150 blessés. Mais dimanche soir, le «Vieux» a constaté la victoire de son rival, qu’il a appelé au téléphone pour le féliciter. «Comme je l’avais toujours promis», souligne-t-il dans un communiqué. Au passage, il félicite le peuple sénégalais qui s’est rendu aux urnes «dans le calme et la sérénité».

Une ascension fulgurante

«Le grand vainqueur reste le peuple sénégalais», a lancé de son côté Macky Sall, dans son premier discours après la victoire. Remerciant le président Wade pour son appel téléphonique, il a promis d’être «le président de tous les Sénégalais». Se félicitant de «l’ampleur de cette victoire aux allures de plébiscite», il a dit prendre la mesure de «l’immensité des attentes de la population». «Ce soir, une ère nouvelle commence pour le Sénégal», a-t-il conclu.

Dans les rues de Dakar, des milliers de ses partisans se sont rassemblés avant même l’annonce de la victoire, en dansant et aux cris de «Macky président», «Cette fois ça y est!» ou «On a gagné». Des scènes de liesse similaires ont eu lieu toute la soirée dans plusieurs quartiers de la capitale, y compris place de l’Indépendance, près du palais présidentiel.

À 50 ans, Macky Sall atteint donc le sommet d’une ascension-éclair. C’est Abdoulaye Wade qui l’a propulsé sur la scène politique, il y a à peine onze ans. En mai 2001, l’ingénieur-géologue de formation est appelé au gouvernement comme ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique (2001-2003). Trois ans plus tard, il deviendra premier ministre avant d’accéder à la présidence de l’Assemblée nationale en 2007. Cette année-là, il est le directeur de campagne du président Wade pour la présidentielle. Mais en 2008, il entre en conflit avec ce dernier qui n’apprécie pas que les députés aient convoqué son fils Karim, pour lui demander des explications sur son action au service de l’État. C’est à ce moment que le président de l’Assemblée nationale est entré, selon ses propres mots, en «résistance républicaine».

Thomas Vampouille (Le Figaro)

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, International, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir