Royaume-Uni : un projet géant de surveillance d’Internet

Le ministère de l’Intérieur britannique s’apprête à présenter une nouvelle loi sécuritaire permettant de généraliser la surveillance policière des mails, des communications sur les réseaux sociaux et des appels téléphoniques. Ce nouveau système de surveillance permettrait aux autorités de connaître l’identité des personnes communiquant, ainsi que le moment où cette communication a eu lieu, à la manière des factures téléphoniques détaillées, «mais pas le contenu des messages», précise The Guardian. Cette loi permettrait aux autorités de prendre connaissance de conversations privées sans l’accord de la justice, ce qui n’est actuellement pas possible.

Le projet de loi doit être présenté en mai, à l’occasion du discours de la reine Élisabeth fixant le programme législatif. Il sera alors proposé au Parlement «dès que le calendrier parlementaire le permettra», d’après un porte-parole du ministère de l’Intérieur britannique, interrogé par The Guardian. «Il est crucial que la police et les services de sécurité soient en mesure d’obtenir certaines données sur les communications, dans certaines circonstances, afin d’enquêter sur les crimes graves et le terrorisme, pour protéger la population», a-t-il ajouté.

La Grande-Bretagne comparée à l’Iran

En 2006, le Parti travailliste avait déjà tenté de créer une base de données pistant tous les téléphones, SMS, mails, ainsi que la navigation Internet des citoyens britanniques. Le projet travailliste avait finalement été abandonné en 2008, face à l’opposition des conservateurs et des libéraux-démocrates qui défendent aujourd’hui cette nouvelle loi au sein du gouvernement Cameron.

Ce nouveau projet a d’ores et déjà soulevé de vives inquiétudes de la part des défenseurs de la vie privée, des politiques et des fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Pour ces derniers, sa mise en place pratique exigerait l’installation de services d’inspection des données: «Il y aurait beaucoup de travail pour établir le coût de la mesure et il existe des arguments moraux et légaux pour savoir si ça peut ou doit être fait», estime un FAI interrogé parThe Guardian. «Il ne s’agit pas de cibler les terroristes ou les criminels, mais les mails, appels téléphoniques ou accès Internet d’absolument tout le monde», a déclaré le député conservateur David Davis à la BBC. «Ce que le gouvernement n’a pas expliqué est précisément pourquoi il compte pouvoir écouter tout le monde sans passer par un juge ou un mandat, ce qui était le cas jusqu’alors», a-t-il ajouté. Nick Pickles, directeur du groupe de pression Big Brother Watch, considère quant à lui qu’il s’agit d’une «étape sans précédent qui verrait la Grande-Bretagne adopter le même type de surveillance que la Chine ou l’Iran».

Concrètement, cette surveillance généralisée pourrait être mise en place par l’installation d’un appareil par les FAI, qui permettra aux services du Government Communications Headquarters (GCHQ), l’agence britannique chargée des écoutes, d’accéder en temps réel à l’ensemble des communications Internet transitant en Grande-Bretagne.

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir