L’action Total devrait profiter de l’arrêt de la fuite d’Elgin

L’annonce d’un arrêt complet de la fuite de gaz survenue en mars sur une plateforme en mer du Nord pourrait réveiller le titre. La valorisation boursière reflète pleinement les mauvaises nouvelles.

Le cours de l’action Total est à des niveaux proches de ses plus bas de l’année, à moins de 34,15 euros. Cette baisse s’explique à la fois par la faiblesse actuelle du prix du pétrole et par la craintes d’une stagnation de la production d’hydrocarbures au deuxième trimestre.

Sur ce point les récentes déclarations de Christophe de Margerie qui promet de stopper la fuite de gaz en mer du Nord dans les jours qui viennent devrait avoir un effet positif sur le titre. Depuis la découverte de cette fuite le 25 mars, Total a perdu plus de 20 % de sa valeur boursière. Le colmatage de cette fuite, qui dépend plus des conditions météorologiques que de questions d’ordre technique, devrait être logiquement bien accueilli par le marché.

Total présente en effet une décote de près de 25 % par rapport au niveau de valorisation de ses proches concurrents européens. Lors de la présentation des résultats trimestriels le 27 avril, les analystes avaient été déçus par la stabilité de la production à 2.372 barils équivalents pétrole par jour.

Compte tenu du manque de visibilité sur l’incident de la plateforme Elgin en mer du Nord, les dirigeants s’étaient montrés très prudents, mais le ton pourrait être plus rassurant pour le second semestre. Le directeur général du groupe, Christophe de Margerie, vient de confirmer qu’il va accélérer son développement dans le secteur du gaz non conventionnel en Australie, sur plusieurs sites où Total pourrait intervenir en tant qu’opérateur.

Le sentiment des experts du Figaro Bourse: une poursuite de la baisse en direction des 32 euros constituerait une bonne opportunité d’achat sur ce titre décoté, et dont le cours prend déjà en compte une bonne partie des mauvaises nouvelles. La visibilité sur le dividende est assurée par de très solides entrées de cash régulières. Le rendement est séduisant à 6,4 %.

Horizon d’investissement : moyen terme.

Profil d’investisseurs: détenteurs de PEA.

Roland Laskine (Le Figaro)

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Economie, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir