Le bon cholestérol pas si bon face au risque d’infarctus

Contrairement à une idée très répandue, la présence d’un niveau élevé de «bon» cholestérol dans le sang ne réduit pas le risque d’infarctus, d’après une nouvelle étude américaine.

On entend souvent parler de «mauvais» et de «bon» cholestérol. Le premier serait un mauvais gras qui tapisserait nos artères, tandis que le second serait directement éliminé dans le foie et serait donc inoffensif. Cette distinction faite, bien des spécialistes pensaient qu’un taux élevé de «bon» cholestérol réduisait le risque de faire un infarctus du myocarde. Pourtant de nouvelles recherches publiées la semaine dernière sur le site Internet The Lancet viennent contredire cette thèse.

Alors qu’un faible taux de «mauvais» cholestérol réduit à coup sûr le risque d’infarctus, «nos résultats montrent que l’augmentation de bon cholestérol n’entraîne pas forcément la réduction du risque cardio-vasculaire», constate le Dr Sekar Kathiresan, le principal auteur de l’étude qui travaille à l’hôpital du Massachusetts et à l’école de médecine de l’université de Harvard.

Bon cholestérol ou pas, le risque d’infarctus est le même

Pour parvenir à ce résultat, ils ont comparé des personnes porteuses d’un gène spécifique avec celles qui ne l’avaient pas. Selon la théorie traditionnelle, la présence de ce gène augmente de 10% la production de «bon» cholestérol et réduit de 13% le risque d’infarctus. En se penchant sur le patrimoine génétique de plus de 100.000 personnes, les chercheurs américains ont découvert que les sujets génétiquement programmés pour avoir un taux plus élevé de «bon» cholestérol avaient le même risque de faire un infarctus que les autres.

Pour confirmer ce premier résultat, les scientifiques ont examiné une série de 14 gènes responsables du niveau de «bon» cholestérol sur deux groupes différents: un premier composé de 41.000 personnes, un second constitué de 12.500 personnes ayant des antécédents cardio-vasculaires. Encore une fois, ceux qui portaient les gènes en question n’avaient pas moins de risque de faire un infarctus que ceux qui en étaient dépourvus.

Cette découverte pourrait bien remettre en cause la pertinence de certains traitements qui cherchaient à augmenter le taux de «bon» cholestérol dans le sang afin de réduire les risques cardio-vasculaires. En attendant, les chercheurs rappellent qu’«une enquête plus approfondie sur les mécanismes de production de bon cholestérol et sa part de responsabilité dans les maladies coronariennes doit être menée», car il est possible qu’un facteur encore inconnu réduise le risque de crise cardiaque tout en augmentant le niveau de «bon» cholestérol.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Culture, Santé, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

  • car insurance - Votre commantaire est en attente de modération. 16 mai 2016 #1

    Sincèrement Caroline, le plus judicieux conseil que tu pourrais recevoir serait, effectivement, de le flusher. D’après tout ce que j’ai pu voir dans le vidéo de Marc cette semaine, il te mène par le bout du nez et il voit même d’autres filles, come on, shake toi un peu!

  • http://mygamerpro.com/lpnprogramatwrightcollegechicago.php - Votre commantaire est en attente de modération. 2 octobre 2015 #2

    I’d venture that this article has saved me more time than any other.

  • Odeyemi - Votre commantaire est en attente de modération. 18 août 2015 #3

    I think its the same guy / girl kissing – it’s like a moirrr image. Who is the guy? He looks like a newbie …It is quite ridiculous how conservative american television is … I always laugh at the Janet Jackson wardrobe malfunction & the whole uproar it caused … In Europe that would have barely made the news & everyone would have just laughed

Réagir