Otan : en retard, Hollande rate l’intervention d’Obama

Le président français s’est fait remarquer en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

Dans le grand théâtre des sommets internationaux, il est des absences qui font plus jaser que bien des déclarations. Réputé pour sa propension à être en retard, François Hollande s’est fait remarquer lundi à Chicago en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

Une journaliste française, Laurence Haim de Canal + et i-Télé, admise dans la salle avec le «pool» de reporters, a raconté: «Il y avait un siège vide, et un seul, pendant l’intervention du président Obama, celui de François Hollande. Il est arrivé après son discours.»

En sortant de la salle, Laurence Haim a entendu le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, déclarer: «Il faut expliquer les choses.»

Il semble que l’explication de cet impair soit un peu délicate à donner du côté français. En premier lieu, l’entourage du président a invoqué ses rencontres dans la matinée avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le président polonais, Bronislaw Komorowski, qui auraient traîné en longueur.

Les conseillers de François Hollande ont ensuite expliqué que la sécurité du président américain n’avait pas autorisé leur délégation à entrer dans la salle pendant l’intervention d’Obama, afin de ne pas la perturber.

Ils minimisent ce faux pas protocolaire en soulignant qu’il ne s’agissait pas du discours en séance plénière, auquel François Hollande a bien assisté. Cela fait tout de même beaucoup de bruit pour démentir qu’il y ait eu le moindre incident diplomatique à Chicago.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, International, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir