Les bénéfices inattendus des pères âgés

Les pères qui sont âgés au moment où ils conçoivent leur enfant transmettent à leur descendance des caractères qui ont probablement des effets bénéfiques sur leur longévité.

Des chercheurs américains de l’Illinois ont fait une découverte qui va faire plaisir à tous les hommes ayant des enfants à un âge déjà avancé. Leur étude montre que leur grand âge pourrait avoir un impact positif sur la longévité de leurs enfants, et même de leurs petits-enfants.

La raison de ce bénéfice inattendu est liée à la longueur des télomères, des fragments d’ADN qui protègent les extrémités des chromosomes et ont un rôle crucial pour protéger l’organisme contre les effets de certaines maladies liées au vieillissement. Avec l’âge, la longueur de ces télomères se réduit, jusqu’à un point où ils ne peuvent plus jouer leur rôle, empêchant les cellules de se diviser et entraînant leur mort.

Un bénéfice transmis aux petits-enfants

En revanche, des études ont montré que plus un père était âgé au moment de la procréation de ses enfants, plus ces derniers avaient de longs télomères. Car contrairement aux autres cellules, les télomères que l’on trouve dans les spermatozoïdes s’allongent avec l’âge. Dans leur étude publiée en ligne dans les comptes rendus de l’Académie des sciences américaines (PNAS), les chercheurs américains viennent de prouver que ce bénéfice de l’âge se transmet jusqu’aux petits-enfants, quel que soit l’âge de leur propre père.

L’étude a été réalisée à partir d’échantillons sanguins prélevés sur trois générations aux Philippines, avec des pères qui avaient entre 15 et 43 ans au moment de la naissance de leurs filles et de leurs fils. L’analyse n’a porté que sur la mesure de la longueur des télomères, et n’est donc pas en mesure de statuer sur les bénéfices possibles sur la santé des enfants et des petits-enfants.

La biologiste Carol Greider de la Johns Hopkins University, qui a reçu un prix Nobel en 2009 pour ses travaux sur les télomères, accepte les conclusions de l’étude, mais met en garde sur le fait qu’il n’est «pas évident du tout» qu’un père âgé soit bénéfique pour la santé de l’enfant. L’âge augmente en effet les risques de transmettre à ses enfants des mutations potentiellement dangereuses.

Un avantage lié à l’évolution

Pour les scientifiques, cette découverte est probablement liée à un effet de l’évolution. «Si votre père et votre grand-père ont pu vivre et se reproduire à un âge plus avancé, cela peut annoncer que vous vivez vous aussi dans un environnement assez similaire, avec moins de morts accidentelles ou dans lequel les hommes ne peuvent trouver de partenaires qu’à un âge plus tardif, explique Dan Eisenberg, chercheur en anthropologie à la Northwestern University dans l’Illinois (États-Unis) et principal auteur de l’étude. Dans un tel environnement, avoir un organisme capable d’atteindre ces âges avancés est peut-être une bonne stratégie d’adaptation du point de vue de l’évolution.»

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Santé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir