Nadine Morano attaque l’imitateur Gérald Dahan en justice

Nadine Morano s’est fait piéger par l’imitateur Gérald Dahan et a décidé de déposer plainte.

Cette nuit, Sud Radio a mis en ligne un canular téléphonique de Gérald Dahan. On y entend l’imitateur prendre la voix de Louis Aliot, le numéro deux du Front National, et appeler Nadine Morano. L’ex-ministre UMP avoue avoir « des intérêts communs » avec le FN et « trouver que Marine Le Pen a beaucoup de talent, un talent oratoire ». « [Les socialistes] vont nous foutre la France dans une merde comme jamais. La gauche et la droite, c’est quand même pas pareil. Ils vont nous mettre le droit de vote des étrangers, j’ai pas envie que ça devienne le Liban chez moi », ajoute-t-elle, visiblement très en forme. Devant une telle tirade, le faux Louis Aliot lui demande pourquoi elle n’est pas au Front National. Parce qu’elle défend « une France ouverte, mais protégée », explique-t-elle.

Sauf qu’à deux jours des législatives, où elle est en ballotage défavorable dans sa circonscription, la première groupie de Nicolas Sarkozy n’a pas du tout goûté à cette blague. « Après le feu déclenché par l’affaire Trierweiler, vous voyez bien que le parti socialiste n’hésitera devant aucune manipulation, aucune technique, aucun coup bas, a-t-elle lancé sur France Inter ce matin. [Gérald Dahan] est d’abord un militant socialiste. Il a usurpé une identité, il a manipulé une conversation téléphonique. Il l’a truquée, tronquée, montée. J’ai saisi mon avocat. Je compte bien déposer plainte. »

L’imitateur se défend de toute manipulation politique. « C’est l’actualité qui dicte mes canulars. Or, son partage des valeurs avec le FN et son interview au journal Minute ont placé Nadine Morano au cœur de l’actualité des élections législatives », a-t-il expliqué dans une interview accordée à TV Mag. S’il est certes de gauche, il n’est « pas membre du parti socialiste »: « Je revendique de faire de l’humour militant, assure-t-il. Ce n’est pas mon premier canular, j’ai piégé des personnalités de tous bords politiques », comme Ségolène Royal en 2007.

Ses petites blagues téléphoniques lui ont valu quelques désagréments. Il y a quelques mois, il s’est fait virer de chez Rire et Chansons pour une plaisanterie contre Nicolas Dupont-Aignan. Mais ça ne l’arrête pas: « Je n’en serai pas à mon premier licenciement. On verra bien. Je fais mon boulot.»

Avant de, peut-être, retrouver Nadine Morano devant le juge, Gérald Dahan la retrouvera au Grand Journal. Lui sera en plateau, elle en direct de sa circonscription de Meurthe-et-Moselle. Ce n’est pas le moment déserter…

Voici.fr

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir