Aung San Suu Kyi célébrée comme une chef d’Etat à Paris

Après la Suisse, la Norvège et Londres, Aung San Suu Kyi effectue depuis mardi une visite de trois jours dans la capitale, étape finale de sa tournée de quinze jours en Europe. Soutenue dans son combat pour la démocratie depuis des années par la France, l’opposante birmane a été couverte d’honneurs.

Pour celle dont le lien avec la France «commence avec Victor Hugo et s’achève avec une soupe à l’oignon», François Hollande n’a pas hésité, mardi, à dérouler le tapis rouge. Fraîchement débarquée de Londres en Eurostar, la lauréate 1991 du Prix Nobel de la paix était l’invitée mardi du chef de l’Etat à l’Elysée. L’opposante birmane, 67 ans, a été accueillie en grande pompe, selon un protocole habituellement réservé aux chefs d’Etat.

Hollande: «Nous soutenons tous les efforts qui peuvent être engagés pour la réussite de cette transition (vers la démocratie)»

Au cours de l’entretien qui s’est déroulé mardi avec Aung San Suu Kyi au palais présidentiel, le président François Hollande s’est empressé de renouveler son soutien à «tous les acteurs» de la transition démocratique en Birmanie. Reconnaissant que le combat pour la démocratie en est encore à ses prémisses, le président a affirmé qu’il ferait « tout ce qui est possible (…) pour que ce processus aille jusqu’à son terme, c’est-à-dire la démocratie pleine et entière». Il s’est même dit prêt, tout comme le Premier ministre David Cameron, à accueillir le président birman, l’ancien général Thein Sein, s’il le souhaitait. Sans oublier d’évoquer avec transparence l’affaire Total. L’entreprise, accusée par certaines ONG de défense des droits de l’homme d’avoir flirté avec la junte birmane, devra désormais respecter les normes en matière d’environnement et de travail dans le pays. Plein de bon sens, François Hollande ajoute, «S’il advenait qu’il n’y ait pas ce respect, Mme Aung San Suu Kyi pourra à tout moment me joindre pour que nous puissions y mettre bon ordre»

L’opposante birmane reçoit le titre de citoyenne d’honneur de la ville des mains de Bertrand Delanoë

«Les taxis me soutiennent ici, comme à Londres!», s’enthousiasme la Dame de Rangoon. Décidément, The Lady aura fait l’objet de toutes les attentions lors de sa visite triomphale à Paris! Après avoir dîné mardi soir avec le président de la République, le nouveau président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone et plusieurs ministres, c’était au tour du maire de la capitale, Bertrand Delanoë de la saluer mercredi. Et d’en profiter pour lui remettre le titre de citoyenne d’honneur de la ville, une distinction qui lui avait été décernée en 2004, alors que l’opposante était encore privée de liberté. Emue, Aung San Suu Kyi a pris la parole en français, devant une foule comptant de nombreux Birmans pour saluer «le profond attachement de Paris à la justice et à la liberté qui ne sont pas le produit d’idées abstraites».

Ajoutant que, pendant sa détention, elle avait trouvé beaucoup de réconfort dans la lecture de livres en français. Elle quittera déjà Paris vendredi. Nous lui souhaitons un bon voyage de retour.

Gala.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir