L’Unesco classe la basilique de la Nativité

La demande de l’Autorité palestinienne a été acceptée par l’organisation internationale après un vote très politique.

L’Unesco a accepté la demande palestinienne de classement en urgence de la basilique de la Nativité à Bethléem au patrimoine mondial de l’humanité. Le vote du comité du patrimoine, vendredi à Saint-Pétersbourg en Russie, a été déploré par Israël et les États-Unis, qui voient la démarche palestinienne obéir à des motivations plus politiques que culturelles. L’Autorité palestinienne s’est félicitée de ce vote, première victoire diplomatique depuis son admission l’an dernier à l’Unesco, la première organisation onusienne à avoir accepté la Palestine en son sein. «C’est une victoire pour notre cause et la justice, a déclaré le porte-parole de Mahmoud Abbas. Cela prouve que l’ensemble de la communauté internationale a l’intention de protéger la Palestine (…) et de s’assurer que l’État Palestinien soit créé dans ses frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.»

Israël, qui ne contestait pas la demande­ de classement, s’opposait en revanche au recours à une mesure d’urgence, d’habitude utilisée pour des sites menacés, au lieu de la procédure classique, longue de 18 mois. Les Palestiniens avaient justifié leur demande par «l’état de délabrement et la dégradation de l’ensemble architectural», notamment du fait des «forces d’occupation israéliennes».

Les experts du Conseil international des monuments et des sites, chargés d’examiner le dossier, avaient émis un avis défavorable. Selon eux, le dossier palestinien n’avait pas été assez préparé, notamment quant à la délimitation et les exigences de protection et de gestion du monument. Les Églises chrétiennes gardiennes du lieu, Grecs orthodoxes, latins (catholiques) et Arméniens, n’avaient pas non plus appuyé la procédure, craignant que la basilique devienne un symbole politique.

Deux millions de visiteurs

La décision de classement n’est guère contestable sur le fond. La basilique, construite par Constantin au IVe siècle au-dessus du lieu de naissance de Jésus, restaurée par Justinien au VIe siècle, est restée depuis pratiquement inchangée. Ce qui en fait l’une des plus anciennes églises du monde, en même temps que l’une des plus belles. Les seuls dégâts récents infligés à la basilique avaient été des tirs israéliens d’armes automatiques essuyés pendant le long siège de 2002, quand des activistes palestiniens s’étaient retranchés dans l’église.

Le mur de séparation, érigé par Israël à l’entrée de Bethléem, réduit les déplacements des Palestiniens hors de la ville et ralentit la circulation des cars de touristes. Mais il n’empêche pas 2 millions de personnes de visiter chaque année la basilique de la Nativité. La place de la Crèche, devant l’édifice, au centre de la vieille ville de Bethléem, se transforme souvent en parking, avec des véhicules qui se garent pratiquement jusque devant la porte de l’église.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Culture, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir