Affaire Zahia : un procès à scandale en 2013

Les footballeurs Franck Ribéry et Karim Benzema devront répondre devant la justice de « recours à la prostitution de mineurs » dans une affaire de proxénétisme.

Les Bleus n’échapperont pas à l’affaire Zahia. D’ici quelques mois, deux stars de l’équipe de France, Franck Ribéry et Karim Benzema, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Paris. Le juge d’instruction André Dando a finalement décidé de renvoyer les deux attaquants face à la justice dans le procès en proxénétisme qui touchera huit prévenus liés de plus ou moins près au Zaman Café.

Le scandale a éclaté en 2010, lorsqu’au détour d’une enquête sur cet établissement considéré comme l’un des lieux de prostitution parisiens, surgissent les noms de personnalités du football, soupçonnées d’avoir été les clients d’une jeune mineure, Zahia Dehar.

C’est ainsi que Franck Ribéry et Karim Benzema devront publiquement répondre de «recours à la prostitution de mineurs», encourant jusqu’à trois ans de prison chacun. À leurs côtés, dans le box des accusés, se tiendront notamment le gérant du Zaman Café, ainsi que son frère serveur, poursuivis, eux, pour proxénétisme aggravé. Selon les aveux du responsable de l’établissement devant les policiers, la moitié des femmes présentes dans ce bar des Champs-Élysées étaient en réalité présentes pour vendre leurs services. Le Zaman Café a dû être fermé également en raison d’un trafic de cocaïne.

«Situation très atypique»

En l’absence de prévenus placés en détention provisoire, le procès ne devrait pas se tenir avant l’année prochaine. Il devrait durer plusieurs jours, «environ une semaine», estime un magistrat. Il promet en tout cas un vaste déballage mêlant football, prostitution et argent… Un cocktail dont le milieu du ballon rond aurait préféré se passer. «Le football subit déjà une sorte de désamour avec l’opinion, le climat n’est pas bon», estime Sylvain Cormier, conseil de Karim Benzema. Selon l’avocat, la notoriété de son client ne serait pas pour rien dans le sort que lui a réservé le juge d’instruction: en novembre dernier, le parquet n’avait en effet pas jugé utile de poursuivre les deux joueurs de football. «La situation est très atypique, poursuit Sylvain Cormier, l’accusateur renonce aux poursuites, mais le juge décide quand même de renvoyer les deux joueurs vedettes devant la justice !»

Mercredi, le directeur sportif du Bayern, Mathias Sammer, a assuré que Franck Ribéry, qui évolue dans le club allemand depuis 2007, bénéficiait de son entier soutien. «Nous avons une responsabilité vis-à-vis du joueur et nous allons lui signaler que nous sommes à ses côtés et qu’il bénéficie de notre meilleur soutien», a-t-il expliqué. Jusqu’à présent, le joueur bénéficie d’une solide popularité outre-Rhin qui l’a protégé des sarcasmes de la presse à scandale. Nike, qui fournit ses chaussures à Franck Ribéry depuis plus de huit ans, n’a pas remis en cause son partenariat, préférant se concentrer sur les performances sportives du footballeur et miser sur la présomption d’innocence. Mais un tel procès reste inédit en France.

Voyage à Munich

Les deux joueurs ne comptent d’ailleurs pas y tenir la même place. Karim Benzema continue de nier toute relation sexuelle tarifée avec Zahia Dehar. Le témoignage d’une amie du footballeur assurant avoir passé la soirée avec lui, comme l’enregistrement d’une conversation téléphonique dans laquelle Zahia répond à l’une de ses relations qu’elle «n’a rien fait» avec Benzema n’a pas convaincu le magistrat. Le juge s’est basé sur les premières déclarations de la jeune call-girl aux policiers, assurant avoir été invitée à une fête pour la remise des Oscars du football, puis conduite à l’hôtel… Où elle n’aurait touché du joueur que la moitié des 1000 euros demandés. Mais «c’est parole contre parole», insiste Sylviane Cormier, qui espère obtenir la relaxe de son client.

Le cas de Franck Ribéry est plus complexe, au moins du point de vue de l‘image. Le célèbre international ne nie pas avoir bénéficié des prestations de la jeune prostituée. En 2009 a été organisé un voyage à Munich, au cours duquel Kamel, un proche de Ribéry, s’est rendu accompagné de deux jeunes femmes, dont Zahia, dans une suite réservée par Ribéry. L’enjeu pour l’attaquant est de convaincre qu’il n’avait pas connaissance de l’âge de la Lolita, 16 ans à l’époque. Selon son avocate, il sera présent à la barre. Zahia, dont le nom ne figure juridiquement au procès qu’en tant que victime, a déjà fait savoir qu’elle ne viendrait pas.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, International, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir