Tévoédjè critique,mais son parti d’origine encense Boni Yayi

Le Parti National Ensemble a rendu public un communiqué suite aux réactions suscitées par les déclarations du Chef de l’Etat le 1er août dernier. A la lecture dudit communiqué, il est aisé de constater que au moment où le fondateur du parti critique la gouvernance de Boni Yayi ; son parti politique d’origine encourage le Chef de l ’Etat dans ses positions.

Déclaration du Parti National ‘‘Ensemble’’ suite aux réactions suscitées par l’émission, « à cœur ouvert » du Président de la République avec les chaînes de télévision nationale

L’émission « à cœur ouvert » au cours de laquelle le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, le Dr. Boni YAYI a accordé un entretien aux journalistes des chaînes de télévision nationale le mercredi 1er août 2012 continuent de faire parler la classe politique ainsi que des personnalités de la scène politique nationale.

Le Parti National Ensemble, parti de la majorité présidentielle s’associe à tous les autres partis, alliances de partis, mouvements et personnalités politiques soutenant l’action du Président de la République pour déplorer l’usage tendancieux et polémique fait de ces propos, volontairement sortis de leur contexte.

Le parti National « Ensemble », tout en reconnaissant la nécessité d’un dialogue politique et social soutenus, tient à rappeler aux uns et aux autres que seul le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, détient la plus grande légitimité nationale et ne saurait être l’otage d’aucun groupe politique, ni recevoir des leçons de gouvernance des gens qui ont contribué par leur laxisme, leur complicité avec des milieux peu recommandables et leurs mal gouvernance, à conduire le pays dans la situation qui était le sien au moment de l’avènement du régime du changement.

La main tendue du Président de la République ne saurait être perçue comme un acte de faiblesse, mais plutôt comme l’illustration de son sens de responsabilité et sa stature d’homme d’Etat, soucieux de rassembler autours des valeurs républicaines et de la cause nationale toutes les forces vives compétentes et disponibles.

Aussi devrait-on comprendre sa colère contre toutes les forces rétrogrades qui, par tous les moyens, perturbent la mise en œuvre des réformes nécessaires à la refondation de la République.

Les entretiens qu’il a eus dès le lendemain de son interview avec l’Union nationale des Magistrats du Bénin et les opérateurs économiques qu’il avait pointé du doigt témoignent, s’il en est encore besoin, qu’il n’est mu que par les intérêts supérieurs du pays.

En conséquence, le Parti National Ensemble : invite toute la classe politique à cesser avec les polémiques inutiles et les procès d’intention qui nuisent à l’unité et à la cohésion nationale ;

en appelle à toutes les forces et personnalités politiques ne soutenant pas l’action du Président de la République et de son Gouvernement afin qu’elles deviennent de véritables forces de propositions alternatives et constructives ;

interpelle la majorité présidentielle afin qu’elle sorte de sa léthargie empreinte de raids solitaires pour accompagner véritablement, franchement et loyalement le Président de la République dans ses réformes et constituer pour lui le nécessaire recours en cas de besoin ;

Invite les uns et les autres à la culture patriotique et démocratique et au respect des institutions de la République.

Des défis majeurs nous attendent et le pays doit se mobiliser pour les relever.

Le Parti National Ensemble, parti de proposition et d’actions, est , en ce qui le concerne, prêt à s’associer à toutes les actions salutaires susceptibles de conduire le pays à plus de développement, plus de cohésion nationale et de paix sociale.

Lire aussi quelques extraits de la lettre du Médiateur de la République au Chef de l’Etat

« Nous avions proposé dès le début de ce nouveau quinquennat une « rencontre de vérité et de sursaut patriotique ». Cela n’a pas pu se réaliser même en différant l’exercice qui nous paraissait à la fois opportun et nécessaire. La situation actuelle appelle en urgence sous un format très étudié pour être efficace un tel dialogue de vérité et de relance, sans chercher des autojustifications devenues désormais sans objet, car le mal est fait et c’est ce mal qu’il faut prendre courageusement en charge pour en libérer le pays.

Si donc, après concertations appropriées dans la ligne de vos récentes consultations politiques, vous pouviez prendre une initiative de salut public pour un dialogue fructueux avant le 1er aout prochain, je suis persuadé que la nation entière vous en serait reconnaissante et serait rassurée sur notre proche avenir.

Dans un pays où fonctionne normalement une Assemblée Nationale et des institutions de contre pouvoir, un pays dans lequel une loi votée à l’unanimité a permis d’instituer un Médiateur de la République et où l’on peut noter l’action patiente et déterminée d’un Haut Commissaire à la gouvernance concertée, il y a moyen d’affirmer une discipline républicaine par le dialogue et le respect des droits de chacun. Je suis persuadé que votre Haute Autorité accordera sa bienveillance à mon humble démarche. »

beninsite.net

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir