Conséquence de la démission de Atao de son groupe parlementaire: comment Yayi vole au secours de Houngbédji

La majorité au Pouvoir volera au secours de Me Adrien Houngbédji pour sauver le groupe parlementaire Prd à l’Assemblée nationale. Le Chef de l’Etat est prêt à envoyer un député Fcbe en remplacement de Atao Hinnouho. Sans doute sur le départ.

Après sa démission du Parti du renouveau démocratique, l’Honorable Atao Hinnouho devra par conséquent quitter le groupe parlementaire Prd. S’il ne le fait pas, le Prd prendra la responsabilité de l’exclure. C’est en prévision à son exclusion du groupe parlementaire Prd-Union fait la Nation, que des tractations se mènent actuellement entre le Prd et la mouvance pour trouver un remplaçant au démissionnaire, afin de maintenir le groupe à l’Assemblée nationale. A cet effet, on apprend qu’avec la bénédiction du Chef de l’Etat, les Fcbe ont offert ce cadeau sur un plateau d’or au parti de Me Adrien Houngbédji. Selon les informations, le Président Yayi Boni a manifesté son adhésion totale au projet. Ce qui, s’il aboutit, permettra au groupe d’être en place avec 09 députés, le minimum exigé par la loi pour constituer un groupe parlementaire. Par cette entente, le Prd et les Fcbe auront sauvé la démocratie. En réalité, la disparition de ce groupe parlementaire sera mal perçue en ce sens que c’est l’image de l’Assemblée nationale qui en prendra coup. Nul n’ignore le rôle du parti de Me Adrien Houngbédji dans l’enrichissement du débat parlementaire. De plus, le charisme de son président sur l’échiquier politique national impose que ce groupe parlementaire existe et s’anime. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que l’on assiste à un tel scénario à l’Assemblée nationale. Dans la pratique, la quatrième législature, avait déjà connu ce cas de figure. Le groupe parlementaire Rb avait volé en éclats, suite aux démissions de Candide Azannaï, Patrice Tossè, feu Eléazare Nahum et consorts. C’est le parti de l’Honorable Sacca Lafia qui a dû envoyer l’un de ses députés à la présidente Rosine Soglo pour sauver les meubles. Sinon, la Rb, principal parti d’opposition au régime du Général Mathieu Kérékou, perdrait sa voix à l’hémicycle, n’eût été cet accord. En conséquence, s’il faut faire quelque chose pour permettre au groupe d’exister, il faut miser sur cet accord. Toutefois, une question se pose : le Prd pourra-t-il garder sa position d’opposant au pouvoir en place ? Certainement oui. L’arrivée d’un député Fcbe au sein du groupe parlementaire Prd n’empêche pas les ‘’Tchoco-tchoco’’ de garder leur liberté politique. La pratique parlementaire l’a prouvé à plusieurs reprises. Aux 3ème et 4ème législatures, l’Union pour la démocratie et la solidarité (Uds) de l’opposant d’alors, Sacca Lafia, était restée dans le même groupe parlementaire avec des mouvanciers. Cela n’a pas empêché ce parti politique de rester opposant au gouvernement d’alors jusqu’à l’arrivée au pouvoir du Président Yayi Boni en 2006. Donc, ce genre d’entente est une vieille pratique parlementaire.

Abdourhamane Touré

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir