Diam’s- Son éclat n’a pas terni

C’était l’évènement du week-end, l’unique interview télé de Diam’s à l’occasion de la sortie de son autobiographie. L’ancienne rappeuse est apparue voilée pour répondre aux questions de Thierry Demaizière. Et derrière son voile, la jeune femme n’a rien perdu de sa flamme. Elle l’exprime juste de manière différente.

Depuis une semaine, la sortie de l’autobiographie de Diam’s fait grand bruit. Non seulement parce que la chanteuse a abandonné le métier, presque sur la pointe de ses Stan Smith, mais surtout parce que depuis, elle vit sa conversion à l’islam comme elle a mené son éphémère carrière de chanteuse: jusqu’au bout.

Au point de ne plus envisager de faire de rap du tout, comme elle l’a confié à Thierry Demaizière dans l’interview exclusive qu’il a obtenue pour l’émission Sept à huit, diffusée dimanche sur TF1. «Je suis en train de gagner une vie de sérénité, de paix, et je n’ai plus aucune colère en moi» affirme-t-elle, c’est pourquoi elle ne s’exprimera plus à travers la chanson: «En plus, je ne me vois pas rapper habillée comme ça. J’ai un bonheur dans mon cœur que personne ne peut me voler». Car Diam’s vit voilée désormais et c’est ainsi qu’elle est apparue à l’écran. Parfaitement consciente des réactions que cela provoque, Diam’s, qui préfère qu’on l’appelle Mélanie, explique: «Je sais très bien que ça va surprendre (…) Je comprends que ça interpelle les gens, je comprends, mais j’ai tellement gagné en paix et en sérénité que la méchanceté et la haine, je n’ai plus le temps de les contrer».

Sérénité est certainement le mot qui vient le premier à l’esprit lorsqu’on voit et on entend l’ancienne chanteuse. Celle qui criait sa hargne, sa rage dans des chansons comme La boulette, Ma France à moi, I am somebody parle posément, porte un regard très lucide sur ce qu’elle est devenue, sur sa nouvelle vie et surtout sur ce qu’en pensent les gens et son public. Mais peu importe, elle est heureuse aujourd’hui. D’ailleurs, son visage s’illumine lorsque le journaliste lui pose la question de son bonheur.

Aujourd’hui, Mélanie-Diam’s vit dans un village de la banlieue parisienne, élève sa fille, a retrouvé ses copines. Bref, elle ne semble pas prête de vouloir revivre une vie passée qui lui a valu dépression et une tentative de suicide qu’elle évoque comme «une envie de dormir» et pas de mourir. Même si elle reconnaît, très émue, que son public, les gens, «des individus à part entière», lui manquent.

Gala.fr
Cette entrée a été publiée dans Actualités, People. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir