Dati dément avoir assigné Desseigne

Selon le groupe Barrière, l’ex-ministre voudrait établir une « reconnaissance de paternité ».

Le groupe Lucien Barrière confirme. Rachida Dati dément. Selon une information, mardi, du site lepoint.fr, l’ex-ministre de la Justice aurait assigné en justice Dominique Desseigne, PDG du groupe propriétaire d’hôtels de luxe et de casinos, pour «reconnaissance de paternité» de sa fille Zohra. L’eurodéputée et maire UMP du VIIe arrondissement de Paris a toujours tu l’identité du père de son enfant unique, née le 2 janvier 2009.

«C’est faux», a répondu Rachida Dati, qui a démenti l’assignation en justice. Dans un communiqué, elle a demandé que l’on «respecte (sa) famille». «Je suis harcelée par des journalistes à propos de ma fille et de sa vie privée, à l’affût d’un ragot ou de détails inappropriés», a-t-elle dit, pointant en particulier les «femmes» journalistes «qui se prêtent également à ces pratiques malsaines d’intrusion par la force dans la vie intime d’une petite fille de 3 ans et demi…» Une enfant à la santé «perturbée par ce type d’agissements». «Trop, c’est trop, a lancé Dati, en tant que femme et en tant que maman, je demande pour ma fille, pour son équilibre, que tout cela cesse!»

Dans l’hebdomadaire Paris Match du 2 janvier 2009, Dominique Desseigne, séducteur assumé, avait reconnu une proximité certaine avec la garde des Sceaux, jugée «belle, intelligente et vive». Il avait ajouté: «Et mes enfants l’adorent. C’est un ministre compétent et courageux.» Mais il avait refusé d’assouvir la curiosité des lecteurs sur l’identité du père de Zohra: «Je ne me suis jamais permis de lui poser la question.» Une question qui intéresse l’opinion au point que l’ancien chef du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, avait lui-même dû démentir, via un communiqué officiel, être le père de la petite. La question entretient aussi la popularité de Rachida Dati, même involontairement.

Mardi, l’information faisait le buzz sur Internet. Rachida Dati s’est inscrite dans la course à la Mairie de Paris pour 2014. Elle pourrait, si elle confirmait son intention de se présenter à la primaire à droite, se retrouver, en cas de victoire, face à Anne Hidalgo, actuelle adjointe au maire Bertrand Delanoë

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir