Affaire tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat: les clarifications du procureur de la république et du commissaire central de cotonou

Le Procureur de la République, Justin Gbènamèto et le Commissaire Central de la ville de Cotonou, Louis Philippe Houndégnon se sont prononcé sur l’affaire tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat. Selon eux, il s’agit d’un coup monté avec la complicité de personnes très proches du Chef de l’Etat et dont la finalité est d’attenter à sa vie. C’était au cours d’une conférence de presse tenue hier lundi 22 octobre 2012 au Palais de justice à Cotonou. (Lire ci-dessous l’intégralité de sa déclaration).

« Le Parquet de Cotonou vient de recevoir le Procès verbal par lequel le Commissaire central de la ville de Cotonou nous a déféré certaines personnes à savoir Moudjaidou Soumanou, Kora Zoubérath et Mama Ibrahim Cissé. Les intéressés ont été interpellés en fonction des faits suivants. Le 17 octobre dernier d’après la déclaration faite par les uns et les autres, lors du séjour de Yayi Boni à Bruxelles, la nièce qui l’accompagnait aurait été contactée et invitée dans l’hôtel où logeait Patrice Talon. Ce dernier a réussi à convaincre Zoubérath pour qu’elle administre à Yayi des produits qui lui seront remis par le médecin personnel de Yayi, le docteur Ibrahim. Elle devrait accomplir cette mission contre 1 milliard de francs. A son retour à l’hôtel où logeait la délégation présidentielle, elle aurait informé le docteur Cissé du projet de Talon qui n’a pas hésité à inviter Cissé qui a rejoint Talon à l’hôtel. La même proposition lui a été faite. C’est-à-dire réussir à administrer à Yayi certains produits qu’ils doivent lui administrer à la place des produits qu’il avait l’habitude de prendre. Promesse faite, 1 milliard Fcfa. Revenu à l’hotel aucun des deux n’a informé Yayi jusqu’à son retour à Cotonou. A leur retour à Cotonou le 19 octobre Soumanou Moudjaidou a récupéré les produits à l’aéroport et les a remis au docteur. Heureusement, le résultat n’a pas été atteint parce qu’entre temps, Kora a commencé par en parler à certaines personnes, à sa sœur notamment. Ce sont ces personnes concernées qui ont contacté le Chef de l’Etat.

Les mis en cause passeraient aux aveux

Le docteur a reconnu tout ceci. Moudjaidou l’a également reconnu. Après les avoir écoutés et les déclarations qu’ils ont faites au niveau du Commissariat central, on a décidé d’ouvrir une information et à l’heure où on est, ils sont devant le juge d’instruction. C’est lui qui décidera de la suite. Dans tous les cas, le Parquet a requis leur inculpation pour association de malfaiteurs et tentative d’assassinat. Le dernier mot revient au juge d’instruction. Les produits remis au docteur Cissé, le médecin personnel du Chef de l’Etat par le ministre Moudjaidou sont mis sous scellés. Les produits sont là. Il s’agit des produits que Yayi prenait. Mais cette fois-ci, ils ont fait fabriquer les mêmes produits. Mais il semblerait que ce serait des produits toxiques qu’on a mis à la place des produits réels. Donc, quand vous voyez l’emballage, vous n’allez pas vous rendre compte de rien, sauf celui qui est averti à l’avance ».

Tentative de meurtre en série et par asphyxie, selon le Commissaire Central

Dans son exposé, le Commissaire central Louis Philippe Houndégnon a affirmé que l’opération ne visait pas que le Chef de l’Etat. Il consistait à effacer toute preuve, en exterminant d’un seul trait, tous ceux qui habitent la résidence privée de Yayi Boni à Cadjèhoun. Pour réussir le coup, les commanditaires de l’opération vont solliciter selon lui, le service d’un commando qui répandra du haut, un produit hautement toxique sur la résidence de Yayi Boni pour faire mourir par asphyxie tous ceux qui y habitent. La finalité est de faire disparaître à jamais toute trace sur le déroulement de l’opération.

Hospice Alladayè

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Photos, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir