Tentative d’Empoisonnement du Chef de l’Etat béninois : le Sens de l’Affaire…

Je suis les commentaires des uns et des autres ; et je subodore aussi les silences lourds et pesants de ceux qui devant leurs claviers n’arrivent même pas à écrire. 

Ce n’est pas une affaire ridicule. C’est une affaire à prendre au sérieux, mais dans quel sens ? 

Le sens de l’affaire ? 

Ici sens pourrait signifier signification et en même temps direction. 

Sens – signification : 

On comprendra que l’affaire de l’empoisonnement a démocratisé des sujets qui restaient jusque là tabous. Même dans nos familles, ces sujets s’abordent avec beaucoup de respect et de pudeur. L’empoisonnement dans nos traditions – et même dans celles européennes – est un acte dont on parle très peu souvent. Aujourd’hui le terme est galvaudé au point des bambins – par le biais du tube cathodique, se l’approprient et l’utilisent vaille que vaille. Le geste pourrait en devenir banal dans quelques mois. J’en frisonne pour toutes les fois où j’avalerai un médicament ou de l’eau. La télévision a montré avec force détails la méthodologie utilisée avant même toute analyse objective. C’est à croire que les mis en cause sont passés aux aveux avant même d’avoir pensé l’opération. 

Sens – Direction

Qui incriminer ? Dans pareil cas, il y a une victime et des coupables. En l’espèce, il semble que nous assistons à une inversion des pôles. Toutes les parties se disent à la fois victimes. Nous les trouvons toutes coupables. Ce sont de véritables victimes-coupables que nous avons dans ce dossier. La charge de la preuve incombe au Procureur, grand fonctionnaire de l’Etat. La Victime c’est bien l’Etat béninois. C’est Nous tous. Tous et chacun. Tout un chacun  dans son entièreté, car à supposer que le coup eût marché et réussi, nous nous retrouverions tous orphelins de Président. 

Alors Pourrions-nous nous porter Partie Civile ? Juste pour avoir un oeil vaguement interrogateur dans le dossier, pour en connaître LES tenants et aboutissants. Pour en connaître DES tenants et aboutissants. 

Trop d’affaires éclaboussent la République et s’estompent sans même que nous en voyions la cendre… Ici il faudra voir clair. Car c’est du sommet de l’Etat qu’il s’agit. C’est une affaire d’Etat et les personnes en cause vont du sommet de l’Etat (victime) jusqu’au bas de l’échelle (coupable présumée). Toutes les professions sont en jeu. Du majordome (en fait lisez servante ou Bonne) jusqu’au médecin, jusqu’au Ministre ou ancien ministre, jusqu’à Président. 

Il faut faire une halte et demander à Icare de ne pas se brûler les ailes.

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir