Madougou devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale:12,485 milliards pour booster  l’emploi des jeunes et la microfinance

Le ballet des ministres se poursuit devant les députés pour l’analyse du Projet de budget 2013. Jeudi 8 novembre 2012, c’était le tour de Réckya Madougou, ministre de la Microfinance, de l’emploi des jeunes et des femmes, de défendre le budget de son département ministériel. D’un montant de 12.485.146.000 FCfa en 2013, le budget est équilibré en ressources, avec une augmentation de 1,75% comparativement à celui de 2012.

Il s’articule autour des dépenses du personnel, les achats de biens et services, le transfert courant, l’acquisition et les dépenses en capital. S’agissant des dépenses du personnel, elles sont estimées à 319.663.000 FCfa contre 257.895.000 FCfa en 2012, avec une augmentation de 23,95%. Cette hausse se justifie, selon la ministre, par les avancements d’échelons prévus pour 2013 et intègre surtout la prise en compte de la mesure de la majoration du point indiciaire prévu pour les agents de l’Etat. Les achats des biens et services sont évalués à 576.501.000 FCfa pour 2013, contre 416.241.000 FCfa en 2012 soit une augmentation de 38,50%. Les transferts courants sont de 8.823.677.000 FCfa, les acquisitions et grosses réparations évaluées à 434.850.000 FCfa, les dépenses en capital de 2.330.455.000 FCfa en diminution de 7,94% par rapport à 2012. Devant les parlementaires, Réckya Madougou a par ailleurs reprécisé les conditions d’élaboration du budget exercice 2013 de son département ministériel, conformément à la lettre de cadrage budgétaire sur la période de 2013-2016. Selon elle, l’orientation du gouvernement sur cette période dans le secteur de la microfinance se justifie par le développement de l’entreprise et de l’initiative privées.

Thobias G. Rufino (Br Ouémé/Plateau)

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir