Ces ex-barons dans le collimateur de la justice sénégalaise

La plainte déposée, fin novembre à Paris, par les avocats du Sénégal dans le cadre de diverses enquêtes concernant de présumés enrichissements illicites (parallèlement aux procédures engagées à Dakar), vise plusieurs personnalités nommément citées.

Karim Wade, fils de l’ancien président, n’est pas le seul baron de l’ancien régime sénégalais à être dans le collimateur de la justice française. La plainte déposée, fin novembre à Paris, par les avocats du Sénégal dans le cadre de diverses enquêtes concernant de présumés enrichissements illicites (parallèlement aux procédures engagées à Dakar), vise aussi plusieurs personnalités nommément citées. Ce qu’Aminata Touré, la ministre de la Justice, n’a pas jugé nécessaire de préciser. Désormais, le pôle financier du parquet de Paris (précisément : la section « biens mal acquis », celle-là même qui a diligenté des enquêtes contre les entourages des présidents équato-guinéen, gabonais et congolais) a trois mois pour décider s’il y a lieu de donner suite. À noter qu’une autre enquête est en cours aux États-Unis, où un procureur a été nommé. Dans ce pays, l’État sénégalais n’a pas eu besoin de porter plainte, une simple requête officielle a suffi.

Jeuneafrique.com

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Economie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir