Les Soglo abandonnent Yayi dans la traque de l’essence de contrebande

La traque aux vendeurs de produits pétroliers de contrebande décrétée par le Chef de l’Etat à travers son ultimatum du 17 novembre dernier n’a pas bénéficié du soutien des principaux responsables de la municipalité de Cotonou, Nicéphore et Léhady Soglo. Ce constat est celui que font nombre d’observateurs de la scène politique au regard de la quasi indifférence manifestée par ces ténors de la Renaissance du Bénin (RB) à l’égard de cette initiative présidentielle.

Pour ces derniers, en effet, en décidant de se réfugier dans un profond mutisme face à la décision de salubrité publique prise par le Chef de l’Etat, le maire de la ville de Cotonou et son adjoint ont laissé transparaître aux yeux de l’opinion publique un manque de solidarité susceptible de conforter les nouvelles relations de partenariat qui lient désormais la mouvance présidentielle et la RB. Ainsi, en se privant d’initiatives en faveur de la répression de la lutte notamment à travers la police municipale dont ils sont les initiateurs, les locataires de l’hôtel de ville ont manqué de saisir l’occasion de mettre fin aux suspicions à leur endroit dans l’entourage de Boni Yayi.

C’est d’ailleurs fort de cette situation que les analystes s’étonnent de la visite du premier adjoint au maire de Cotonou, Léhady Vinangnon Soglo à Boni Yayi pour solliciter sa solidarité en prélude aux prochaines élections municipales. Ce dernier, font-ils observer, s’est d’ailleurs investi dans la guéguerre à la mairie pour ramener les partisans acquis à sa cause à la raison dans leur fronde contre les autorités municipales.

Dès lors, pour ces derniers, en s’abstenant de soutenir le Chef de l’Etat dans son bras de fer avec les vendeurs d’essence de contrebande à Cotonou, les Soglo ont posé, aux yeux de leurs détracteurs, les jalons de la critique et renforcé ceux de le suspicion au sujet de manœuvres destinées à l’électorat de la ville phare du Bénin.

beninsite.net

Cette entrée a été publiée dans Actualités, People, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir