Hollande et le gouvernement privés de vacances de Noël

Alors que le gouvernement est en difficulté et que la crise bat son plein, les ministres ont eu pour consigne de continuer à travailler et de se montrer sur le terrain.

La consigne vient de l’Élysée: hors de question que les membres du gouvernement se relâchent durant les vacances de fin d’année. «Je ne vais pas vous souhaiter de bonnes vacances, puisque vous n’êtes pas censés en prendre», avait averti dans un sourire François Hollande lors du dernier Conseil des ministres du 19 décembre, relate Europe 1. «Le président a rappelé qu’une année faisait 365 jours et qu’il attendait de chacun présence et vigilance», selon les termes de la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

François Hollande montre l’exemple et restera à Paris pour travailler chaque jour à l’Élysée. Seule exception, ce mardi, pour passer Noël en famille. L’Élysée a confirmé que le président rendra visite à un service public d’urgence «en région parisienne» le 31 décembre au soir, après avoir présenté ses vœux aux Français par une déclaration télévisée. Par ailleurs, l’agenda de François Hollande s’est gonflé d’un «séminaire de travail sur la situation économique et de l’emploi» le 4 janvier, qu’il préparera avec Jean-Marc Ayrault. La veille, il présidera un Conseil des ministres qui aura lieu exceptionnellement un jeudi.

Manuel Valls (Intérieur), Vincent Peillon (Éducation) et Pierre Moscovici (Économie) suivent l’exemple présidentiel en restant dans la capitale. D’autres membres du gouvernement seront sur le terrain le soir de Noël. Dominique Bertinotti (Famille) devait se rendre au Noël solidaire de la Croix-Rouge, à Paris. Marisol Touraine (Santé) était attendue au banquet des Petits Frères des pauvres, tandis que Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l’exclusion) devait aller au Samu d’un hôpital marseillais, avant de se rendre dans une unité d’hébergement d’urgence.

Repos en famille autorisé à deux heures de Paris

Si les membres du gouvernement doivent travailler et se montrer, ils n’ont pas pour obligation de rester à Paris. Selon Europe 1, les ministres ont le droit de passer quelques jours à deux heures de la capitale, en train ou en avion, afin de pouvoir revenir rapidement dans leur cabinet en cas d’urgence. Jean-Marc Ayrault a ainsi décidé de travailler depuis son lieu de villégiature, qui serait situé dans les Pyrénées-Orientales. Sans surprise, la majorité du gouvernement a aussi décidé de rester en France, à l’exception de Michel Sapin (Budget), qui se rendra à Vienne, où il devrait rencontrer son homologue autrichien.

Ce Noël studieux est dicté par un contexte particulièrement difficile pour le gouvernement. Alors que François Hollande avait été critiqué pour avoir pris cet été des vacances quand la crise battait son plein, il était difficile d’annoncer aux Français que l’on s’octroie une semaine de détente, qui plus est en dehors de nos frontières.

Le gouvernement Ayrault n’est pas le seul à avoir fait profil bas lors des fêtes de Noël. Ces deux dernières années, les membres du gouvernement Sarkozy avaient aussi eu pour consigne de partir le moins longtemps et le moins loin possible de leurs cabinets, là encore pour une question d’image. Ce qui n’avait pas empêché certains de s’envoler vers des destinations exotiques, en toute discrétion.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir