États-Unis: le plafond de la dette sera atteint lundi

En pleine discussion sur le «mur budgétaire», le secrétaire américain au Trésor américain, Timothy Geithner, a prévenu que la dette américaine allait crever son plafond de 16.394 milliards de dollars le 31 décembre.

Alerte rouge aux États-Unis. Le secrétaire américain au Trésor américain, Timothy Geithner, a écrit un courrier adressé au Congrès américain. Il a prévenu, ce mercredi soir, juste après la fermeture de Wall Street, que le plafond légal de la dette publique aux États-Unis sera atteint lundi prochain, le 31 décembre. «Le département du Trésor prendra bientôt des mesures exceptionnelles autorisées par la loi (…) sans lesquelles les États-Unis seraient contraints de faire défaut sur ses obligations légales», ajoute Tim Geithner.

Ainsi, la dette publique américaine est sur le point de dépasser les 16.394 milliards de dollars. En effet, ce mercredi soir vers 23 heures, la dette américaine atteint 16.309 milliards de dollars. Aux États-Unis, un montant maximum de dette est fixé politiquement. S’il est dépassé, alors le pays est techniquement en faillite: l’État fédéral ne peut plus emprunter sur les marchés financiers.

La dernière fois que ce cas de figure s’est présenté, c’était en août 2011. Au terme de discussions acharnées entre républicains et démocrates, un accord a minima avait été trouvé, qui a permis in extremis de relever le plafond de la dette, mais qui n’a pas permis de résoudre les problèmes de fond sur les finances publiques des États-Unis. Les deux camps politiques s’étaient alors donné du temps pour trouver plus sereinement un terrain d’entente, avec une date butoir: le 31 décembre 2012. Cinq jours avant, les discussions n’ont pas toujours pas abouti.

Une fin d’année marathon aux États-Unis

Un an et demi après, républicains et démocrates se retrouvent à nouveau dans l’urgence. Portant sur 200 milliards de dollars, les mesures exceptionnelles dont parle Tim Geithner donneraient «en temps normal» deux mois de marge de manœuvre à l’Administration. Mais compte tenu de la situation actuelle aux États-Unis, «il n’est pas possible de prévoir la durée de vie effective de ces mesures», a précisé le secrétaire américain au Trésor américain, comme un ultime appel à l’unité politique.

Car, outre le relèvement imminent du plafond de la dette, les deux camps politiques devront, aussi d’ici au 31 décembre, trouver un compromis pour esquiver le «mur budgétaire». Sinon, le 1er janvier, des réductions massives dans les dépenses publiques et des hausses drastiques d’impôts seront enclenchées automatiquement. La fin d’année s’annonce chargée outre-Atlantique.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Economie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir