Facebook paye son avancée sur le marché des mobiles

Le géant des réseaux sociaux investit massivement pour faire basculer ses services sur tablettes et smartphones. Résultat: son profit a plongé de 79% au quatrième trimestre.

Les résultats trimestriels annoncés par Facebook hier soir confirment la transformation de l’entreprise promise par Mark Zuckerberg. Le géant des réseaux sociaux qui a d’abord séduit des centaines de millions d’utilisateurs d’ordinateurs personnels, est bien en train de faire basculer ses services sur appareils mobiles. Hélas pour le moment cette transition, dictée par la popularité universelle des smartphones et des tablettes numériques au détriment des PC, coûte cher à Facebook.

La monétisation de l’usage de Facebook sur appareils portables progresse bien. Au cours du quatrième trimestre 2012, 23% du chiffre d’affaires de la société de Menlo Park était issu de publicités provienant de tels équipements. Cette proportion n’était que de 14% durant la période précédente. Elle était pratiquement nulle il y a un an.

Pour autant l’effort de programmation et de marketing pour adapter les fonctions de Facebook et les messages publicitaires aux petits écrans de portables, fait plonger de 79% les profits nets de Facebook au quatrième trimestre. La firme n’a gagné que 64 millions de dollars d’octobre à décembre. En effet ses coûts d’exploitation bondissent dans le même temps de 82%. Malgré une progression remarquable de 40% de son chiffre d’affaires global, Facebook voit ses marges dégringoler. De 48% l’an dernier, elles tombent à 33% aujourd’hui.

Les annonceurs peu nombreux

Les actionnaires patients vont juger que Facebook avance et tient ses promesses. Ceux qui ont accumulé des plus-values récentes, à l’occasion du bond de plus de 70% de l’action depuis le 4 septembre, trouvent dans ces résultats trimestriels plutôt meilleurs que prévu, une occasion de prendre des bénéfices. Sur le marché gris où certains institutionnels réalisent des transactions en dehors des heures de cotation du Nasdaq, l’action de Facebook dès hier soir chutait de près de 4%.

Il est vrai que certains voyaient le réseau social accaparer une plus grande part du marché publicitaire sur mobile. Selon les estimations de Emarketer Inc., Google contrôlera cette année 57% de ce marché. Facebook, son principal rival, n’irait pas plus loin que 12%. La bataille est d’autant plus rude que les annonceurs payent de moins en moins pour placer leurs messages sur les petits écrans de téléphones.

L’avantage de Google dans cet affrontement est d’une part son implantation plus ancienne et son expérience et d’autre part son système d’exploitation Androïd, au coeur de la majorité des smartphones et tablettes autres que ceux d’Apple.

Facebook, fort de la connaissance détaillée des goûts et intérêts de ses 1,06 milliard d’utilisateurs dans le monde, pense offrir aux annonceurs des messages encore plus ciblés. En tout cas le nombre d’abonnés à Facebook sur appareils mobiles a grimpé en un trimestre de 604 à 680 millions.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Economie, Technologie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir