Démission du Pape : Mode d’Emploi

La démission du pape est envisagée comme une possibilité, dans le canon 332 § 2 du Code de Droit Canonique1,2 et le canon 44 § 2 du Code des canons des Églises orientales3,2. La seule condition pour que la démission soit valide est qu’elle soit faite « librement et se manifeste correctement ».

Généralités

La loi canonique ne précise pas de personne en particulier ou organisme àqui le pape doit manifester sa démission, laissant peut-être ouverte la possibilité de le faire à l’Église ou au monde en général. Maiscertains commentateurs estiment que le Collège des cardinaux ou du moins son doyen doit être informé, car les cardinaux doivent être absolument certains que le pape a renoncé à la dignité avant qu’ils ne puissent valablement procéder à l’élection d’un successeur45.

Le terme «abdication» n’est pas utilisé dans les documents officiels de l’Église suite à la démission du pape.

Précédents

En 1045, le pape Benoît IX convient, contre un avantage financier, de démissionner de la papauté. Le pape Grégoire VI, son oncle, qui pour débarrasser l’Église du scandaleux Benoît IX le persuade de démissionner et devient son successeur6. Grégoire lui-même démissionne en 1046 parce que l’arrangement qu’il avait conclu avec Benoît est considéré comme simoniaque, pour l’avoir payé. Le successeur de Grégoire, le pape Clément II, décède en 1047 et Benoît IX devient à nouveau pape.

Le meilleur exemple connu de la démission d’un pape est celui du pape Célestin V en 1294 : après seulement cinq mois de pontificat, il publie un décret déclarant solennellement qu’il permet à un pape de démissionner, puis il le fait lui-même. Il vit deux ans plus comme un ermite et estplus tard canonisé. Le décret papal qu’il a émis lève tout doute parmi les canonistes sur la possibilité d’une démission valide du pape.

Le dernier pape à avoir démissionné est le pape Grégoire XII (1406-1415) : il le fait pour mettre fin au Grand Schisme d’Occident, arrivé au point où il y a trois prétendants au trône pontifical : le pape Grégoire XII, romain, l’antipape Benoît XIII de la Papauté d’Avignon et l’antipape Jean XXIII du Concile de Pise. Avant de démissionner, il convoque formellement le Concile de Constance et l’autorise à élire son successeur.

Le 11 février 2013, le souverain pontife Benoît XVI annonce sa démission, qui devrait prendre effet le 28 février de la même année, à 20 heures7.

Résignations conditionnelles alléguées non suivies d’effet

Avant de partir pour Paris pour couronner Napoléon Ier, en 1804, le pape Pie VII (1800-1823), signe un document de démission qui prendra effet s’il est emprisonné en France5.

Il a été affirmé que, pendant la Seconde Guerre mondialePie XII a élaboré un document avec des instructions qui indiquent que, s’il était enlevé par les nazis, il devait être considéré comme ayant démissionné de son siège et que les cardinaux devaient alors fuir au Portugal, pays neutre pour y élire un successeur8

Le Pape Jean-Paul II aurait écrit une lettre de démission en cas de maladie incurable ou si quelque chose lui arrivait qui l’empêche de s’acquitter de ses fonctions9

Incapacité

Dans les années qui précédent sa mort en 2005, certains auteurs suggèrent que Jean-Paul II avait prévu de démissionner en raison de sa santé défaillante, mais les officiels du Vatican ont nié qu’il avait l’intention de le faire.

Un évêque diocésain doit présenter sa démission de la gouvernance de son diocèse à la fin de sa soixante-quinzième année10,11. Les cardinaux ne sont pas autorisés à se joindre à unconclave, après avoir atteint quatre-vingts ans. Toutefois, pour un pape, il n’est pas nécessaire qu’il démissionne après avoir atteint un âge donné. Depuis la promulgation de ces règles concernant les évêques diocésains et les cardinaux, deux papes, Paul VI et Jean-Paul II, ont atteint l’âge de quatre-vingts ans au cours de leurs pontificats, mais ils n’ont pas démissionné.

Même dans le cas où l’action du Saint-Siège est complètement entravée, aucune innovation ne doit être apportée dans la gouvernance de l’Église universelle et les lois spéciales adoptées, pour ces circonstances, doivent être observées12,13,14,15. Le droit canonique ne prévoit pas l’éventualité qu’un pape soit temporairement ou définitivement inapte pour des raisons de santé, une tentative d’assassinat ou une captivité ; de même il n’indique pas quelle personne ou un organisme ou groupe a le pouvoir de certifier que le pape est totalement empêché d’exercer ses fonctions16. Le 11 février 2013, Le Vatican annonce la démission, pour le 28 février 2013 à 20h, la démission du Pape Benoit XVI, véritable évènement historique pour l’église catholique «moderne». Le sede vacante (période de vacances du trône) débutera donc à cette date et conduira à l’élection d’un nouveau Pape.

 Source : Wilkipedia par Rotciv Omega

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Religion. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir