Mali: Gao sous le feu de la guérilla du Mujao

Traqués dans leur refuge montagneux de l’Adrar des Ifoghas, les jihadistes du nord du Mali tentent de reprendre la main en contre-attaquant plus au sud dans la ville de Gao, où de violents combats les ont opposés, jeudi 22 février, aux armées coalisées. Les assaillants ont été repoussés après avoir occupé la mairie et la résidence du gouverneur.

Gao sera-t-il un nouveau Kandahar ? Si les jihadistes du Mujao et d’Aqmi en rêvent, ils en sont encore loin. Mais la guérilla qu’ils mènent au nord du Mali commence à poser de gros problèmes aux armées coalisées. Jeudi 21 février, au moins une « quarantaine d’islamistes », selon une source militaire malienne, ont mené une violente offensive contre la cité des Askia, avant d’être repoussés. Deux militaires français ont été blessés dans les combats tandis que quatre maliens le seraient également, selon le ministère français de la Défense.

Les combats ont débuté dans la nuit de mercredi à jeudi à la périphérie de Gao, aux entrées nord et sud, impliquant des soldats nigériens, avant que les soldats maliens et français ne repoussent finalement les assaillants du centre-ville. « Il y a eu une offensive d’un groupe de jihadistes qui ont, à un moment donné, occupé la mairie de Gao et la résidence du gouverneur. Les forces maliennes appuyées par des forces françaises ont réagi et cinq jihadistes ont été tués. La situation est redevenue normale », a annoncé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en marge d’une réunion ministérielle de l’Otan à Bruxelles.


Un soldat français fouille des habitations après des combats dans la ville malienne de Gao, le 21 février 2013.

Les combats ont pris fin dans l’après-midi, après l’intervention de deux hélicoptères Gazelle, selon une source militaire. Le palais de justice a en partie été incendié lors des combats, de même qu’une une station-service. Un homme portant une ceinture d’explosifs a également été maîtrisé. Mais la plupart des jihadistes se sont ensuite fondus dans la population. « Cela montre que nous sommes maintenant dans un combat asymétrique, cela montre que nous sommes dans une vraie guerre, qui a lieu au nord et autour des villes que nous avons libérées », a ajouté le ministre.

Parallèlement, à 300 km plus au nord, à Kidal, un attentat-suicide a eu lieu, ne tuant que ses auteurs. Un « véhicule est arrivé en filant vers le sud-ouest » de la ville et « a explosé à environ 500 mètres du camp occupé par les Français et les Tchadiens. Deux civils ont été blessés, ils sont à l’hôpital », a déclaré un élu de Kidal, une information confirmée de source sécuritaire malienne à Bamako.

«D’autres explosions»

Selon un fonctionnaire de Kidal, l’explosion a eu lieu « à moins d’un kilomètre du camp occupé par les Tchadiens [qui sont quelque 1 800, NDLR] et les Français », précisant que si le « kamikaze » visait probablement le camp, mais qui était « allé exploser avec sa voiture noire dans une cour ». « Le chauffeur du véhicule a été tué sur le coup », a déclaré l’élu. Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), a revendiqué l’attentat.

« Nous sommes arrivés à rentrer sans aucun problème à l’intérieur de Kidal même pour faire exploser comme prévu un véhicule. (…) Nous allons avoir la victoire sur tous les ennemis. D’autres explosions auront lieu sur tout notre territoire » a affirmé le porte-parole du Muajo, Abu Walid Sahraoui.

Mardi, le président français François Hollande avait déclaré que l’opération Serval, lancée le 11 janvier, entrait dans sa « dernière phase ». Il s’agit d’aller « jusqu’au bout, c’est-à-dire l’arrestation des derniers chefs ou groupes terroristes qui demeurent à l’extrême nord du Mali », a-t-il précisé.

Jeuneafrique.com

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir