Tunisie: un vendeur de cigarettes s’immole en plein centre de Tunis

Un homme d’une vingtaine d’années, vendeur de cigarettes à la sauvette, s’est immolé par le feu, mardi 12 mars au matin, sur l’avenue Habib Bourguiba, en plein centre de Tunis. Le jour même de la présentation du gouvernement à l’Assemblée constituante.

Un vendeur de cigarettes à la sauvette d’une vingtaine d’années s’est immolé par le feu, mardi 12 mars au matin, sur l’avenue Habib Bourguiba en plein centre de Tunis. L’homme a été grièvement brûlé.

D’après une collaboratrice de l’AFP qui a assisté à la scène, des passants se sont précipités sur le jeune homme pour éteindre le feu, mais l’ensemble de sa peau était déjà calcinée. Il était néanmoins conscient lorsque les secours l’ont transféré à l’hôpital, selon la collaboratrice de l’AFP.  Les policiers et pompiers présents ont refusé de donner des informations sur la victime ou sur son état de santé.

«Voilà le chômage»

Avant de s’immoler, le jeune homme a crié : « Voilà la jeunesse qui vend des cigarettes, voilà le chômage. Dieu est le plus grand », selon un témoin.

Le porte-parole de la protection civile tunisienne, Mongi Khadhi, cité par l’agence officielle TAP, a indiqué que la victime s’appelle Adel Khadri. « Son état est critique, il commence à ressentir les douleurs. On va l’anesthésier, seuls ses pieds sont indemnes », a indiqué une source hospitalière à l’AFP, refusant cependant de dévoiler l’identité du jeune homme. Selon cette dernière, la victime a indiqué être malade mais ne pas pouvoir se soigner.

Selon l’agence TAP, qui cite des témoins, le jeune homme était un vendeur ambulant du quartier de Moncef Bey, non loin du centre ville, et aurait été empêché d’exercer son gagne-pain par les policiers. Deux ans après la révolution de janvier 2011 – qui avait été déclenchée le 17 décembre 2010 lorsque le jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, s’était immolé à Sidi-Bouzid (centre) – le chômage et la pauvreté continuent de miner la Tunisie.

Le pays est par ailleurs plongé dans une profonde impasse politique qui a été aggravée par l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, le 6 février, dont la mort a entraîné la chute du gouvernement dirigé par le parti islamiste Ennahdha.

Jeuneafrique.com

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Photos, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir