Un policier abattu sur le campus du MIT à Boston

Des tirs et des explosions ont été entendus dans un secteur près de l’université lors de la traque du tireur. Le FBI enquête pour savoir si ces événements sont liés aux attentats de Boston, une possibilité évoquée par certains médias.

Nuit de tension et de traque à Boston et ses alentours. Un policier a été tué par balle jeudi soir lors d’une fusillade sur le campus de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) à Cambridge, dans la proche périphérie de Boston, encore sous le choc du double attentat commis lundi lors du marathon. Une course-poursuite s’est ensuite engagée dans une localité proche du campus. Le FBI enquête pour savoir si cette fusillade, suivie d’une course-poursuite, est liée aux attentats de Boston, tandis que le Boston Globe affirme sans attendre que les deux événements sont bel et bien liés.

La victime, qui travaillait sur le campus du MIT, a été appelée jeudi soir dans le secteur de Vassar and Main Streets, à la suite d’un signalement pour tapage. Des premières détonations ont été entendues à 22h48. Grièvement blessé, le policier a été retrouvé criblé de balles. Son décès a été constaté à l’hôpital.

Une chasse à l’homme a été lancée pour retrouver le tireur. De nombreux policiers sont arrivés sur les lieux et des hélicoptères survolaient le MIT. Sur son site Internet, la prestigieuse université a demandé dans la soirée à ses 11.000 étudiants «de ne pas sortir et de rester à l’écart du secteur» du bâtiment 32, près duquel les tirs ont été signalés. La situation était «extrêmement dangereuse», a souligné le MIT. Quelques heures plus tard, l’alerte a été levée, la certitude ayant été acquise que le suspect n’était plus sur le campus.

Tout aurait commencé avec un vol de voiture à main armée

Vers 1 heure du matin (7 heures en France), plusieurs membres des forces de l’ordre ont entrepris une course-poursuite dans le district de Watertown situé au nord de l’université. Des témoins ont fait état de tirs et d’explosions, un policier a été blessé. Deux suspects seraient impliqués dans les événements de Watertown. Mais la situation est extrêmement confuse, les reporters sur place, qui ont enregistré les détonations, ont été priés de quitter la zone pour leur sécurité. On leur a aussi demandé d’éteindre leur portable pour ne pas déclencher d’explosifs potentiels.

Selon le quotidien britannique The Daily Telegraph, dont le correspondant suit les échangesradio entre policiers, tout aurait commencé avec le signalement d’un vol de Mercedes à une station-essence par «deux hommes d’apparence moyen-orientale». Le conducteur du véhicule dérobé aurait rapidement pu s’échapper. Le New York Times décrit les suspects comme étant «deux jeunes hommes armés équipés d’un sac à dos», un des signes distinctifs des deux hommes recherchés dans les attentats de Boston. Le Boston Globe suggère que les hommes recherchés à Watertown sont bien ceux de Boston. L’un d’eux aurait été arrêté. Des explosifs et une cocotte-minute auraient été retrouvés.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir