Barack Obama au Sénégal : Tout ça pour ça?

Barack Obama effectue à partir de ce mercredi 26 Juin une visite de deux jours au Sénégal. Cette visite est sans doute historique parce que le premier président noir des USA visitera la terre d’où sont partis des milliers d’esclaves au cours de ce qui doit être qualifié de plus grand mal de l’histoire de notre humanité, « la traite négrière « .

La visite d’Obama est également historique parce qu’à l’occasion de cette visite, on assiste à une « colonisation temporaire » du territoire sénégalais car la sécurité du passager de Air Force One exige que les USA exercent un contrôle militaire tout azimut : terre, mer, ciel.

Il est certain que la sécurité du chef de la première puissance de la planète exige un dispositif particulier. Toutefois, il faut se dire que la souveraineté d’un Etat dit « indépendant » n’a pas de prix ; elle ne devrait et ne saurait être foulée au pied pour quelque raison que ce soit, pas même la sécurité de Barack Obama ; toute chose qui impose que le dispositif sécuritaire mis en place ait certaines limites : le respect du pays hôte notamment. Malheureusement c’est à un tout autre spectacle que l’on assiste, c’est purement et simplement le contraire : c’est à la limite de l’insulte.

En effet, bien que les chiffres ne puissent être vérifiés, il se susurre de sources crédibles que le Sénégal est envahi (parce envahi est bien le mot) par les « boys » dont le nombre serait compris entre 600 et 1000. Ces derniers seraient arrivés par petits groupes au cours des dernières semaines, certains par voie aérienne, d’autres par voie terrestre pour déblayer le terrain et préparer cette visite « historique ».

Bien plus que ce millier d’éléments arrivé avant le président, un navire de guerre de la US Navy patrouille depuis peu dans les eaux sénégalaises pour un total de combien de « boys » ? Nul ne peut y apporter une réponse et même pas Macky Sall le président sénégalais. En plus de cela, un quartier (« les Almahdies » où est située l’ambassade américaine et où devrait loger Barack Obama) est assiégé par les GI américains. Pour boucler la boucle, un arrêté (Lire l’arrêté ICI) a été signé par les autorités sénégalaises interdisant le stationnement et/ou la circulation à certains lieux de la capitale Dakar.

Voici donc les citoyens sénégalais interdits de circuler librement sur leur propre sol ! Ce qui ne les a pas laissé de marbre car, au-delà des multiples dénonciations ça et là enregistrées, on est allé jusqu’à l’affrontement entre les populations de Gorée et les forces de sécurité sénégalaises lorsque celles-ci s’y sont rendues pour sécuriser la zone il y’a quelques jours. Les habitants de l’île se souviennent de leur calvaire lors de la visite de Bush, où ils ont été cloitrés dans leurs maisons tout le temps de la visite de ce dernier.

Certains pourront prétendre que la situation malienne participe de cette bunkérisation de Dakar et de Gorée où la famille Obama effectuera une visite à la maison des esclaves.

Ceci pour un pays qui est sensé être souverain ressemble fort à une insulte d’autant plus qu’elle a été permise par les autorités de ce pays. L’insulte est allée jusqu’à interdire aux forces de sécurité sénégalaises de porter des armes à l’exception du seul chef de la sécurité du président Macky Sall et de son adjoint.

C’est à se demander ce que va apporter cette visite pour que l’on puisse tant ranger sa fierté et son orgueil ?

Certes cette visite va permettre au Sénégal de faire l’actualité mondiale pendant deux jours. Elle va lui permettre de faire jalouser de nombreux pays (dont le Kenya) qui ont tant espérer accueillir Obama et enfin, elle va sans doute booster un peu la coopération entre les deux pays ; et c’est à peu près tout. Alors on bien tenté de dire : tout ça pour ça ?

Il est temps que les choses changent, que le respect auquel aspirent les populations africaines soit traduit à chaque occasion par ses dirigeants. Ceci est d’autant plus nécessaire qu’il n’existe aucun chef d’Etat Africain qui soit reçu de la sorte au cours de leurs voyages dans ces pays occidentaux.

Espérons que Jacob Zuma suivra les pas de Thabo Mbeki et recevra Obama comme un chef d’Etat et rien de plus comme ce fut le cas pour Georges W. Bush.

Burkina24.com

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, International, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir